Archives du mot-clé Collection

Une 993 GT2 Clubsport Bleu Riviera à 1,35 million d’€!

Temps de lecture estimé: 2’30

Les 993 GT ont décidément le vent en poupe. Après la fabuleuse 993 GT digne d’un musée que nous vous avions présentée, la vente aux enchères d’Amelia Island a vu une autre 993 GT changer de propriétaire pour la modique somme de 973 000$ (environ 885 000€). Mais celle que nous souhaitons vous présenter dépasse l’entendement. Vous avez bien lu, une 993 GT est actuellement à vendre pour le prix astronomique de 1,35 millions d’€! Ils nous tarde de vous expliquer pourquoi!

$_27-3

Ne nous attardons pas sur le fait que les 993 GT soient des collectors ultimes, considérés comme l’aboutissement suprême du développement des 911 refroidies par air, nous avons repris ce refrain à maintes et maintes reprises. Concentrons-nous sur cette GT en particulier. Il s’agit en effet d’une rarissime « EVO ». L’aboutissement d’un aboutissement, en quelque sorte. Seules 21 GT Evo furent construites, à partir d’avril 1998, et furent parmi les dernières 993 assemblées. La seule modification concernait le moteur dont la puissance était majorée de 20ch, portant le total à 450ch. Et dire qu’en 1998, la presse mondiale s’émouvait de voir une 993 Turbo à quatre roues motrices développer 408ch. En 1998, nombre de journalistes ont certainement perdu leur latin en voyant débouler 450ch propulsés par deux roues motrices…

$_27-4

Il nous faut également mettre en avant l’état manifestement irréprochable de cette 993 GT. Affichant seulement 27 000km, ce qui semble plausible étant donné que ces autos roulent très peu, son habitacle semble aussi neuf qu’au premier jour! La superbe sellerie en cuir bi-ton ne présente pas la moindre craquelure, et l’on remarquera la présence de coques de sièges peintes. Cela est loin d’être rare sur une 993 GT, mais ajoute un supplément d’originalité à une auto déjà unique, notamment par sa couleur.

$_27-6

$_27-7

Sujet épineux que cette livrée Bleu Riviera. Une couleur en particulier justifie-t-elle une prime de plusieurs milliers d’€, voire plusieurs dizaines de milliers dans le cas présent, sur la cote du modèle? Nous avons la tâche ardue de prendre position sur le sujet, puisque nous ne pouvons nous contenter d’une réponse de normand. Le fait est qu’un collectionneur cherchant une 993 GT paiera le juste prix s’il exige de la qualité, qu’importe la combinaison de couleurs. Cela étant, le marché de la 993 GT est si restreint et discret que les acheteurs ont très souvent les moyens de refuser une grise ou une jaune s’ils souhaitent du bleu. Dans cette perspective, il existe donc bel et bien une demande pour ces couleurs plus rares et exclusives. Celui qui souhaite cette couleur acceptera par conséquent d’en payer le prix.

$_27-2

Cela est d’autant plus vrai qu’il existe quelques rarissimes exemplaires aux combinaisons de couleurs affolantes. Ce sont des autos produites sur commande spéciale, ayant nécessité la mobilisation de l’ensemble des compétences de Porsche Exclusive, et elles ne se montrent que très rarement aux yeux du public. Nous avons eu vent de l’existence d’un modèle bleu Gulf, intérieur rouge dont nous n’avons malheureusement pas la permission de publier le moindre cliché, du moins pour l’instant.  Ces autos uniques et totalement décalées seront d’autant plus onéreuses, qu’elles s’adressent à des collectionneurs exigeant le meilleur du meilleur.

$_27

Cette 993 GT vaut-elle pour autant 1,35 million d’€? La rareté d’une version Evo, assortie d’une couleur très appréciée, plaident en faveur d’un tarif approchant le million d’€, comme en atteste d’ailleurs la vente réalisée par Gooding. En revanche, en approfondissant davantage notre enquête, nous avons appris que cette 993 GT est en vente depuis 2014. Ce qui signifie qu’elle attend son propriétaire depuis plusieurs mois, ce qui est surprenant eu égard à l’émulation animant le marché actuellement, et signifie donc que son prix est trop élevé. D’ailleurs, la belle jaune dont nous avions parlé, tout comme une autre GT à vendre pour 890 000€ au centre Porsche de Mannheim, attendent leur nouveau propriétaire depuis plusieurs semaines en dépit de leur indéniable qualité. Dès lors, il semblerait qu’à près de 900 000€, la cote de la 993 GT semble, enfin, atteindre ses vraies limites.

L’auto est à vendre en Italie chez LF Auto

911 2.2S: coup de foudre en bleu pastel!

Temps de lecture estimé: 2’35

Bigre! Ce sont des moments comme cela qui ravivent chaque jour la petite flamme de la passion Porsche. Ce moment exaltant où, alors que rien ne semble vous sourire, vous tombez nez-à-nez avec une 911 plus belle qu’au premier jour, lorsque vous ne vous y attendiez plus. Rencontre avec un coup de coeur…

911 2,2s bleue16

C’est bien le genre de 911 dont rêvent aujourd’hui tous les collectionneurs. Ou presque! Une 911 2,2S, superbement restaurée dans sa configuration d’origine, une mécanique remise à neuf, et un sublime bleu pastel. Nos lecteurs les plus fidèles ne seront guère surpris d’apprendre que cette nuance nous séduit tout autant que le bleu Riviera. Au rang des équipements rêvés, notez également les sièges sport Recaro assurant un maintien idéal du pilote. Les amateurs de balades au grand air regretteront cependant l’absence de toit ouvrant.

911 2,2s bleue49

Rappelons toutefois aux néophytes quelques notions techniques: la 911 2,2 fut instaurée au cours du millésime 1970, qui coïncide avec l’abandon de la 912, le constructeur considérant que la 911T ferait parfaitement office de modèle d’entrée de gamme. La 911S ici présente constituait le haut de gamme, que nous pourrions comparer à une Carrera GTS actuelle. Développant 180ch à 6500 tours/minute, elle s’avérait plus pointue à utiliser qu’une 911E, dont les 155ch s’exprimaient à 6200 tours/minute. De plus, sa plage d’utilisation était plus réduite, en raison d’un couple maximal délivré à un régime relativement élevé. Les similitudes avec une GTS modernes sont ici évidentes, tant elles répondent de la même philosophie.

911 2,2s bleue15

Les amoureux du dernier petit détail apprécieront sur la 2.2 l’arrivée d’un capot arrière en aluminium pour la E et la S, et de nouvelles poignées de portes en « gâchette de pistolet ». Si vous souhaitez déceler les différences entre les millésimes 70 et 71, il vous faudra prendre votre courage à deux mains, car cela se résumera à l’abandon du système de chauffage auxiliaire et l’adjonction d’une troisième vitesse de rotation des essuie-glaces en 71, ainsi que quelques modifications mineures du côté du moteur en raison de changements de réglementation. En conséquence, les millésimes 71 gagnent 5km/h en vitesse de pointe, mais souffrent d’accélérations légèrement moins vigoureuses.

911 2,2s bleue14

Vous l’aurez compris, le diable est dans les détails. Et dans le cas de cette 911S, mis à part un couvercle de boîte à gants moyennement aligné avec le reste des panneaux du tableau de bord (nous ignorons pourquoi), le reste de l’auto est dans un état irréprochable, à tel point que l’on enlèverait ses chaussures avant de monter à bord. Le prix sera à la hauteur de la qualité de l’auto, certainement aux alentours des 250 000€, si ce n’est davantage. Le prix de la qualité, indéniablement. Et par les temps qui courent, exiger le meilleur est bien la moindre des choses si vous tenez à éviter toute mauvaise surprise!

911 2,2s bleue12

Mais, pourquoi diable cette auto ne serait-elle pas le rêve de tout collectionneur? Eh bien! pour une raison très simple: son moteur! Le petit monde des collectionneurs est fait  de telle sorte que dans la série des 911S Classic, rien n’a plus de valeur qu’une 9112,4S. Pourtant, la 911 2,4S, en raison d’un moteur encore plus sportif, n’est guère la plus plaisante à utiliser. Certes, elle marque le début de l’aérodynamique sur les 911, avec ce fameux spoiler développé par Tilman Brodbeck. Mais nous devons bien admettre que l’argument du moteur ne tient plus guère aujourd’hui. Entre une 2,2S et une 2,4S, rien n’importe davantage que la qualité. Et si possible, un beau bleu pastel, pour définitivement céder à la tentation.

L’auto est actuellement disponible chez Serge Heitz Consulting

Les 911 « série Anniversaire » sont-elles de bons investissements?

Temps de lecture estimé: 3’15

Nous vivons une période très favorable aux autos de collection, à tel point qu’il semble désormais indispensable, lorsque l’on achète une voiture, d’espérer un retour sur investissement. La frénésie des Classics suivant toujours une pente ascendante, les acheteurs  se tournent aujourd’hui vers des modèles à redécouvrir. Et au rang des séries limitées dignes d’intérêt, il existe des séries commémoratives, qu’il serait peut-être fort judicieux d’acquérir.

GY14FRO

Si vous établissiez la liste complète des séries commémoratives lancées par Porsche, peut-être en oubliriez-vous une ou deux. C’était l’époque ou Porsche ne maîtrisait pas encore l’art de créer la rareté avec le brio que l’on connaît aujourd’hui. La Carrera 2.7 eut droit à son lot de séries commémoratives, tout comme la Carrera 3.2, avec notamment une série de 875 autos célébrant la 250 000ème 911 sortie des chaînes de Zuffenhausen. Une auto désormais quasiment introuvable. On la connaît davantage sous le nom de « Jubilé ». Peinte dans une livrée Bleu Diamant caractéristique, elle embarquait un petit lot d’équipement supplémentaires, et est aujourd’hui très appréciée des amateurs. à ne pas confondre avec la 911 SC « Jubilé », la vraie, célébrant les 50 ans de la marque. Vous suivez toujours?

003_232

Cela étant, ces éditions limitées restent assez méconnues, et n’attirent qu’une frange particulièrement initiée de passionnés. Dès lors, si en trouver une justifie parfaitement une petite prime de quelques milliers d’€, on ne peut pas parler à proprement parler d’autos incontournables dans une collection. Une Carrera 3.2 en parfait état se substituera parfaitement à une Jubilé. Faut-il immédiatement conclure que les séries commémoratives ne sont qu’un piège à enthousiastes peu clairvoyants? Certainement pas!

964_anniversaire_5

Nous ne cessons de le répéter: plus que le nombre d’exemplaires produits, il faut juger une édition limitée par son charisme, et son pouvoir d’attraction sur la communauté porschiste. En cela, nous identifions deux séries limitées commémoratives capables de tirer leur épingle du jeu: l’inévitable 964 « 30 Jahre », et la très récente 991 « 50 Jahre ». Les plus attentifs auront immédiatement remarqué l’absence de la 996 « 40 Jahre » célébrant les 40 ans de la 911. En dépit de ses innombrables qualités (on retiendra notamment ses naseaux de Turbo, son équipement pléthorique et ses jantes chromées), elle ne bénéficie guère d’une cote d’amour très élevée. La faute à son appartenance à la génération 996. Pourtant, les amateurs qui franchiront le pas en seront fort bien avisés. Il n’existe guère de rapport qualité/prix/rareté supérieur sur le marché de la 911 aujourd’hui. Et sa cote risque fort de remonter rapidement!

GY14FRO-7

Mais revenons à nos considérations de collectionneurs. La 964 « 30 Jahre », grâce à ses ailes larges de Turbo Look, et à ses ailes de grenouille, bénéficie d’une esthétique à se damner, parmi les plus belles de la génération 964. Un argument de poids, lorsqu’il s’agit de s’offrir une auto plaisir. D’autre part, n’ayant été produite qu’à seulement 911 exemplaires, il s’agit d’un modèle rare, et reconnu comme tel. De plus, il s’agit de la 911 qui inaugura la plaque numérotée permettant de reconnaître une édition limitée. Ajoutez à cela une couleur particulière, l’améthyste, qui lui fut réservée, et vous bénéficierez de tous les éléments permettant à cette 911 de prétendre au titre enviable de collector. Sa cote en état concours s’élevant aujourd’hui à près de 90 000€, il n’y a plus guère de doutes quant à sa capacité à faire chavirer les coeurs.

002_223

Mais nous identifions aujourd’hui une autre édition limitée destinée à prendre la relève de la 964. Sans surprise, il s’agit de la 991 édition 50 ans, dont nous avions longuement parlé lors de sa sortie. Un heureux propriétaire nous avait même offert son témoignage! La « 911 50 » bénéficie de tous les attributs qui firent le succès de la 964 « 30 Jahre »: une carrosserie Turbo Look inédite sur une 911 deux roues motrices, des jantes également inédites, et un nuancier unique comprenant le gris Graphite, le gris Geyser et le noir. Il y a fort à parier que les deux premières couleurs seront plus appréciées des collectionneurs, mais le noir a l’avantage de sublimer les touches chromées, elles aussi inédites, apposées çà et là sur la carrosserie de la « 911 50 ». Nous pourrions encore évoquer un habitacle bénéficiant de nombreuses touches spécifiques, dont les compteurs à chiffres verts évoquant les premières 911, ou la sellerie en tissu pied de poule.

964_anniversaire_3

En dépit d’une production presque élevée, avec 1963 exemplaires fabriqués, il y a fort à parier que la 911 50 sera bientôt l’une des éditions commémoratives les plus recherchées sur le marché de l’occasion. D’ailleurs, nous avons pu observer un phénomène intéressant à son sujet. Alors que le prix de base d’une telle auto avait été fixé à près de 123 000€ à sa sortie il y a de cela deux ans, il est désormais presque impossible de trouver une 911 50 d’occasion à moins de 130 000€. Non, la 991 édition 50 ans n’est pas encore un investissement, mais il semblerait qu’elle marche dans les pas de ses aînées.

Les séries commémoratives sur base de 911 ne sont pas forcément les autos promises au plus fort potentiel de hausse. Ce sont des autos que l’on s’offre avant tout en raison de leur forte prestance esthétique. Cela étant, il s’agit bien de cette forte personnalité qui les rend si désirables: elles frappent en plein coeur de la petite corde nostalgique des porschistes.

Nous recherchons activement des propriétaires de 911 SC Jubilé et de 911 Carrera 3.2 « Jubilé », ou de tout autre modèle de type Jubilé en préparation d’articles futurs. N’hésitez pas à nous contacter par mail à l’adresse suivante: 906chronicles@gmail.com

Crédits photos:

964 Jublié

911 50 ans gris Geyser

911 50 ans gris Graphite

Porsche anciennes: la bulle spéculative ne va pas exploser tout de suite.

Cet article est sponsorisé par Alpes Holidays, organisateur de sorties touristiques pour les Porsche. Saisissez les dernières places pour le voyage en Europe centrale!

Temps de lecture estimé: 2,15

Chaque année à la mi-mars, un événement faisant office de grand-messe de la voiture ancienne se déroule sur le sol américain: le concours d’élégance de Pebble Beach. Les grands noms des ventes aux enchères ne s’y sont pas trompés, et Gooding ou RM Auctions, entre autres, y présentent toujours des collections fabuleuses, vendues pour des montants donnant le vertige. Et cette folie américaine pourrait coûter très cher aux collectionneurs européens.

Le fait est que ces ventes aux enchères, au même titre que le salon Techno Classica d’Essen sur le vieux continent, servent d’indicateur de tendance. Dès lors, une seule vente publique pour un montant faramineux suffit à pousser les spécialistes de la planète entière à monter leurs prix. A titre d’exemple, constatant qu’une Ferrari 330 GTC venait d’être vendue pour le montant faramineux de 850 000$, un spécialiste britannique réputé s’interrogeait ouvertement quant à l’opportunité d’augmenter les prix de ses autos en stock.

9fc3048d-2105-442e-bb2f-67280454c934

Le phénomène concerne les Porsche au même titre. Des spécialistes américains aux premières loges, tant pour enchérir que pour commenter, n’ont pas manqué de souligner que « les prix continuent de crever le plafond ». Ce sont les mots de Cameron Ingram, réputé pour être l’un des collectionneurs et des vendeurs les plus respectés du microcosme Porsche. Cette bulle spéculative dont nous craignons l’explosion depuis un peu plus d’un an maintenant semble inébranlable. Bien malin qui saura dire jusqu’où la fièvre acheteuse se poursuivra.

5128efc4-1cfe-456b-93a0-2e85e3506240

Un petit plongeon dans les phénomènes régissant le fonctionnement de l’économie mondiale pourrait apporter un élément de réponse. Le premier phénomène concerne la parité des devises. Depuis quelques mois, l’Euro s’est déprécié face au Dollar. Ne nous encombrons pas de calculs compliqués, et contentons-nous d’illustrer ce phénomène par un exemple simple. Il y a quelques mois, lorsqu’une RS 2.7 changeait de mains pour 1 million de $, un européen devait débourser 650 000€ afin de s’offrir l’auto. Aujourd’hui, l’évolution défavorable de l’Euro contraindra un acheteur européen à débourser 900 000€. Or, les tendances venant en priorité des Etats-Unis, et la hausse des prix aidant, nous pouvons raisonnablement craindre une augmentation subite des prix des Porsche anciennes. Pour la simple raison que celles-ci sont désormais échangées sur un marché mondial. Il y a donc fort à parier que cette année ne sera pas l’année de l’explosion de la bulle.

664030c6-7908-4a7e-8356-c6eec057b2d7

Un autre phénomène économique nous permet en vérité de prédire l’explosion de la bulle spéculative sur les autos anciennes. Le fait est que la plupart des placements financiers aujourd’hui vous rapporteront péniblement 2% d’intérêts. Un ami collectionneur me disait récemment qu’il n’avait aucun intérêt à placer son argent à la banque alors que les retours sur investissement y sont si faibles. Les Banques Centrales étant encore peu disposées à faire remonter leurs taux, et donc à accroître le rendement de produits financiers conventionnels, les autos de collection restent à ce jour l’un des rares placement à offrir un rendement attrayant.

3ef76975-dff6-4743-90d0-3de959116d4f

Le sujet est complexe et épineux, et nous nous sommes efforcés de le traiter d’une façon aussi simple que possible. Ce qu’il faut en retenir, c’est que l’explosion de la bulle spéculative n’est pas pour tout de suite. Paradoxalement, seule une reprise durable et très solide de l’économie mondiale déclenchera la baisse des prix des anciennes. Car les investisseurs pourront, enfin, gagner de l’argent ailleurs.

Les autos illustrant ces lignes sont à vendre chez Maxted-Page Limited

Faut-il acheter une Carrera GT blanche?

Temps de lecture estimé: 2’10

Depuis la fin des années 2000, Porsche a réussi le tour de force de remettre au goût du jour une couleur que l’on croyait oubliée depuis la fin des triomphes du constructeur en compétition. C’est sur une décision de Ferdinand Piëch que les prototypes furent peints en blanc à partir de 1966, ce qui est encore le cas aujourd’hui. Mais en 2004, la mode était encore au gris. Alors, oser commander une Carrera GT blanche nécessitait une dose incommensurable de courage, pour notre plus grand bonheur aujourd’hui…

white_gt_1

Le lancement officiel de la Carrera GT fit la part belle à l’argent GT métallisé, à tel point que le nuancier de l’auto fut très peu fourni. Il ne comprenait que quelques couleurs, que sont le rouge, le jaune, le noir, le gris et le blanc. Point de vert ou de bleu, et les autos portant des couleurs spéciales sont particulièrement rares. S’offrir une Carrera GT rouge ou jaune était déjà la preuve d’une bravoure démesurée. Alors imaginez en blanc… Pourtant, poser ses yeux sur cette supercar blanche aujourd’hui ne choque guère. Il y a certes la surprise initiale, tant il est inhabituel d’en voir une blanche, mais cette couleur lui sied remarquablement bien.

white_gt_8

On pourra certes déplorer la présence de jantes en argent, quand une finition satinée aurait été nettement plus seyante, mais le blanc ne vient en rien gâcher les lignes fluides d’une supercar qui n’a vraiment pas vieilli. De récents essais routiers réalisés par la presse, tout comme le témoignage d’heureux propriétaires tend à le confirmer: il s’agit de l’une des dernières supercars de cette race qui se pilotait, et que l’on abordait avec le plus grand respect. En contrepartie, les 612ch délivrés par son V10 sont une absinthe dont on ne se lasse jamais. Malgré ses 10 ans, la Carrera GT conserve un comportement et des performances de premier rang, et n’a rien perdu de son pouvoir de séduction.

white_gt_6

Sur les 1270 Carrera GT fabriquées, combien d’autos blanches dénombre-t-on? Probablement moins de 10, ce qui ne manquera pas d’attiser la convoitise des collectionneurs avertis, voire des spéculateurs. Il faut dire que la Carrera GT bénéficie déjà d’un regain d’intérêt en raison de l’arrivée de la 918 Spyder. Nombreux sont les propriétaires souhaitant acquérir les deux, voir les trois supercars en comptant la 959 nettement plus rare. Rassembler un trio tout de blanc vêtu constituerait un exploit que peu de collectionneurs pourront se vanter d’avoir accompli. Et quelle allure cela doit avoir!

white_gt_7

Est-ce une raison pour se ruer sur la première blanche venue en faisant une offre affolante? Dans le petit monde des supercars, bien plus encore que sur le marché de l’occasion, rien n’a plus d’importance que la qualité de l’entretien, et la présence d’un historique parfaitement limpide. Le coût de l’entretien étant passablement élevé, de nombreuses Carrera GT ont malheureusement souffert au cours des dernières années. Les prix d’achat ont certes baissé, ce qui n’est pas le cas du coût d’entretien. Quant à cette sublime machine blanche habillée de cuir Terracotta, étonnante d’originalité, elle vous coûtera la bagatelle de 760 000€! Soit peu ou prou le prix d’une 918 Spyder neuve… Les Carrera GT ont leur place en collection, cela ne fait plus aucun doute.

Consultez l’annonce ici