Archives du mot-clé Cayman GT4

Les Porsche 718 Cayman GT4 et Boxster Spyder sont disponibles en Vert Python

C’est une nouvelle couleur qui fait son apparition dans le nuancier Porsche pour les Cayman GT4, Boxster Spyder : le Vert Python, disponible comme option spéciale.

C’est une annonce en toute discrétion que Porsche a réalisée pour ses gammes GT4 et Spyder. Alors que les boîtes PDK seront désormais disponibles en option pour le prix de 2850 €, mais ce n’est pas le sujet auquel nous allons nous intéresser aujourd’hui. Nous allons parler de couleurs.

Porsche a toujours aimé proposer de couleurs spéciales sur ses modèles : l’Orange Fusion sur les 991 GT3 RS, le Vert Péridot sur les Cayman R, et le célèbre Rouge Carmin pour toutes les versions GTS. Et justement, les 718 Boxster et Cayman GTS 4.0 avaient inauguré une nouvelle couleur Vert Python qui n’était disponible que sur commande spéciale.

C’est cette même peinture qui set maintenant proposée sur les GT4 et les Boxster Spyder, et c’est peu de dire qu’elle leur va à merveille. Ce sera d’ailleurs l’occasion de multiplier les choix de couleurs de jantes, puisque le Vert Python se marie aussi bien avec les jantes couleur argent, noir, ou le très original Aurum, une sorte d’or satiné.

Côté prix, il faudra compter 3240€ sur le Cayman GT4, et 2364€ pour le Boxster. C’est assez logique, puisqu’il n’y a pas de toit à peindre sur un Boxster. Ces prix sont identiques pour les autres couleurs spéciales que sont le Craie et le Bleu Miami.

Alors, chers porschistes, êtes-vous convaincus par cette nouvelle couleur ? Selon vous, quel choix de jantes se marie le mieux à cette nuance spéciale ?

Porsche Cayman GT4 981 : Essai découverte !

Temps de lecture estimé: 2’00

Nous vous l’avions promis il y a quelques jours sur notre page Facebook, le voici pour de bon, et rien que pour vous! Grâce à l’amabilité d’un propriétaire récemment livré, nous avons pu admirer l’un des rares Cayman GT4 livrés en France et, comble du spectacle, bénéficier de quelques kilomètres en passager. En avant!

P1100969

Pour ne rien vous cacher, c’est une rencontre que nous attendions depuis de longs mois. L’un de nos amis proches avait eu la chance de signer l’un des derniers bons de commande pour un GT4. Nous devons bien l’admettre maintenant, nous n’étions pas vraiment convaincu par le choix du Blanc Uni, d’autant plus que l’esthétique du Cayman GT4 nous laissait encore dubitatif… Jusqu’au moment où nous l’avons vu. Oui, le Cayman GT4 est superbe, oui, le blanc lui va à merveille et l’auto aimante les regards! L’aileron, sa gueule béante de requin, de superbes jantes satinées lui confèrent une allure absolument démoniaque! Les propriétaires de 911 en seront pour leur frais, et risquent d’éprouver un semblant d’amertume.

P1100974

Quant à l’habitacle, il est tout aussi remarquable. Equipé du pack Clubsport, notre Cayman du jour bénéficie donc de l’arceau de sécurité et des baquets, superbes, de la 918 Spyder. De véritables cocons dont on ne voudrait jamais s’extirper tant leur maintien est parfait. On reste épaté par l’ergonomie générale du poste de pilotage: le diamètre du petit volant en alcantara est idéal mais surtout, il faut souligner à quel point le levier de vitesses est parfait. Bien plus petit qu’il n’y paraît sur les photos, le levier tombe parfaitement sous la main. Quant au passage des vitesses, il semble impérial, le guidage est irréprochable. Si l’on peut regretter l’absence de boîte PDK, les propriétaires ne se plaindront certainement pas d’une boîte manuelle aussi excellente.

P1100984

Un petit point noir cependant, l’installation du harnais. Non seulement le passage du harnais par les interstices des baquets est peu aisé, mais il nous faut également noter la fixation sur la paroi arrière: la moquette nonchalamment découpée reste visible, et un si piètre niveau de finition frise l’inacceptable… On regrettera également que le propriétaire n’ait pas coché la magnifique option cuir intégral, mais celle-ci nécessitait plusieurs milliers d’euros supplémentaires. Lorsque la législation française vous impose 8000€ de malus écologique, la facture franchit rapidement les 100 000€, au détriment des équipements dont vous rêviez…

P1100989

P1100980

Mais il est temps de monter à bord, et de laisser faire notre pilote et heureux propriétaire. L’auto est flambant neuve et n’affiche que 190km, il n’est donc pas question de pousser l’auto dans ses retranchements. Mais quoi qu’il en soit, le comportement de l’auto reste bluffant. Le GT4 est rivé au sol, et son équilibre est impossible à prendre en défaut. Le freinage est celui de la Carrera S, il n’y a donc aucun risque à ce niveau. Les trains roulants sont excellents, et malgré les suspensions de GT3 à l’avant, le confort reste parfaitement acceptable. Les familiers des 996 ou 997 GT3 comprendront de quoi nous parlons. A côté de cela, le GT4 fait figure de limousine. Le travail des ingénieurs est véritablement bluffant.

P1100971

Au moment de conclure, nous ne pouvons qu’applaudir des deux mains (et des deux pieds) tant le Cayman GT4 incarne une nouvelle ère pour Porsche: les sportives à moteur central bénéficient enfin de l’attention qu’elles méritent légitimement. Le GT4 est littéralement bluffant, presque parfait à tous points de vue. Nous n’avons plus qu’une chose à dire: ceux qui n’ont pas franchi le pas le regretteront amèrement…

Un grand merci au propriétaire de ce GT4 pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Technique: l’application Porsche Track precision

Temps de lecture estimé: 1’30

Toujours soucieux d’être en phase avec les technologies de son temps, Porsche a profité du lancement de la fabuleuse GT3 RS afin d’inaugurer un nouveau gadget, l’application mobile Porsche Track Precision. Réservée aux Cayman GT4, 991 GT3 et GT3 RS, cette application est partie intégrante d’un pack Sport Chrono facturé 1608€. Mais concrètement, quelle est l’utilité de cette dispendieuse option?

P15_0210
Porsche n’indique pas s’il sera nécessaire d’installer ce trépied en bord de piste afin de faire fonctionner l’application. Auquel cas cela devient nettement moins intéressant…

Lorsque vous aurez pris soin de télécharger l’application mobile sur votre smartphone, vous pourrez alors chronométrer l’ensemble de vos temps au tour sur circuit. Il vous suffira pour cela de sélectionner la piste parmi les 60 circuits pré-enregistrés dans la base de données. Si votre circuit favori ne figure pas au sein de la liste, pas de panique! Il vous suffira alors d’effectuer un tour dudit circuit, et le signal GPS retransmis à l’application permettra d’en enregistrer le tracé. En fixant votre smartphone sur un support dédié installé près du pare-brise, vous pourrez alors filmer l’ensemble de vos tours, l’application se chargeant d’enregistrer vos temps ainsi qu’un ensemble précieux de données.

Entre autres informations collectées, l’application Track Precision enregistrera le niveau d’adhérence, les données d’accélérations latérales et longitudinales, mais saura également mesurer les écarts de temps et de trajectoires par rapport à un tour de référence. Il sera ainsi possible de comparer chaque tour avec le tour de référence, en voyant à quel moment, à quel endroit votre trajectoire se sera écartée de la trajectoire idéale, et quelle est la vitesse idéale au point de corde d’un virage donné.

P15_0213

Cela signifie que l’application pourra également enregistrer en temps réel la vitesse de votre auto, l’angle du volant, le régime moteur, le rapport engagé et ainsi de suite. Dès l’arrêt de l’auto, vous pourrez consulter l’ensemble des données collectées. On imagine sans mal le nombre de capteurs et le petit logiciel qu’il aura fallu concevoir et installer à bord d’une GT3 afin que cette petite application fonctionne à merveille. L’ensemble des données mesurées permettront certainement à tous les pilotes, amateurs ou confirmés de peaufiner leur pilotage, sans que l’on sache encore dans quelles proportions. Cela étant, cette application ne vous dispensera certainement pas d’un bon stage de pilotage afin d’apprendre les bon réflexes du pilotage sur circuit.

Il ne reste plus qu’à déterminer si, oui ou non, le prix de ce petit gadget est justifié. Répondre à cette question est presque impossible, de même qu’il est bien difficile de dire si le fait de facturer 4200€ pour une peinture exclusive est acceptable. Cela reste à la discrétion des clients, mais nous ne pouvons qu’espérer que la mutation numérique du constructeur soit couronnée de succès!

Crédits photos et documentation: Porsche AG

Le Cayman GT4 Cup surpris à Monza!!

Temps de lecture estimé: 1’15

Si vous souhaitez aujourd’hui vous offrir un Cayman GT4, tâchez de ne pas trop rêver. Le petit bolide, dont environ 2500 exemplaires devaient être commercialisés, est déjà intégralement vendu. Mais il fallait s’y attendre, Porsche prépare actuellement une version de compétition du GT4. Pour ceux qui ne voulaient pas d’un Cayman homologué?

Disons-le immédiatement, il ne s’agit pas d’un Cayman GT4 RS, dont rêve déjà toute la planète Porsche. Non, il s’agit ici d’une version de compétition du Cayman GT4, de la même manière que la 911 dispose de sa GT3 Cup. Il se destine au championnat GT4, où courent de nombreuses marques, et où le Cayman aura fort à faire face à des autos telles que l’Aston Martin Vantage N24 ou la BMW M3. Le GT4 European Series, organisé par la société qui dirigea en son temps le championnat BPR, est une compétition rassemblant des amateurs au sérieux coup de volant, pour un budget moins élevé que la catégorie GT3, bien que le format soit sensiblement similaire.

P15_0071

Nous ne disposons d’aucune autre information au sujet de ce GT4 Cup. En consultant la vidéo disponible dans cet article, on croit deviner la présence d’une boîte séquentielle: les rétrogradages rapports semblent nécessiter l’utilisation d’un embrayage, ce qui ne semble pas être le cas lors de la montée du rapport supérieur. Pour le reste, le GT4 Cup semble disposer d’un châssis rabaissé, et d’un bouclier arrière inédit.

Décidément, la gamme sportive de Porsche occupe les avant-postes de l’actualité du constructeur en ce début d’année, et il ne nous reste plus qu’à espérer la très hypothétique arrivée d’un Cayman GT4 RS. Décidément, les porschistes n’en ont jamais assez…

Nouveau Boxster Spyder, nouveau carton plein!

Temps de lecture estimé: 2’10

Cayman GT4, 911 GT3 RS, et désormais le Boxster Spyder. Décidément, l’année 2015 restera dans les annales de Porsche comme un grand, très grand crû! Jamais nous n’avions eu la chance de vivre un tel déluge de nouveautés aussi délurées dans une période aussi courte. Devra-t-on s’en plaindre? Certainement pas! Laissons plutôt durer le plaisir en effectuant un petit tour d’horizon du dernier venu.

P15_0201

Il y a tant à dire que nous ne savons guère par où commencer. Les critiques? Gardons cela pour la fin! Jetons donc notre dévolu sur l’atout maître du Spyder: son esthétique! La face avant ne vous est pas inconnue: il s’agit de celle du Cayman GT4, son parent le plus proche. De même, la jupe arrière lui est empruntée. Pour le reste, Porsche a préféré se passer de l’aileron arrière massif, au profit d’un becquet évoquant la queue de canard de la RS 2.7. Le point culminant est bien évidemment ce capot arrière doté d’un superbe double bossage que Porsche dit être inspiré de la 718. On ne peut que leur donner raison. D’ailleurs, un gros aileron aurait totalement gâché l’effet esthétique de ce capot arrière.

P15_0199

Ce capot arrière possède d’ailleurs son utilité, puisqu’il se relève intégralement afin de loger une capote au maniement amélioré. Si la capote du Boxster Spyder génération 987 rappelait l’étanchéité et la facilité de montage des tentes utilisées par les paras de Diên Biên Phu, la capote de la génération 981 laisserait presque croire qu’elle a été conçue par les ingénieurs de Décathlon: toujours manuelle, mais bien plus instinctive. Et étanche, par la même occasion! Il fallait bien cela pour abriter un habitacle dépourvu de climatisation, de radio, et de module de communication, dans le plus pur esprit des 356 Speedster! Nous recommandons une nouvelle fois d’opter pour les baquets optionnels de la 918 Spyder. Et tant qu’à jouer la fibre nostalgique jusqu’au bout, optez pour le pack Spyder Classic combinant le cuir rouge à l’alcantara noir, de toute beauté!

Capture d’écran 2015-04-02 à 18.21.01

P15_0202

Ce que l’on ne vous dit pas au sujet de l’équipement, c’est qu’en optant pour la sellerie en cuir et alcantara avec coutures contrastantes, vous bénéficiez d’office du pack intérieur peint en couleur carrosserie, comme nous avons pu nous en rendre compte sur le configurateur. Quelle belle surprise! Espérons que cela incite les clients à opter pour des couleurs vives. Car pour le reste, il vous faudra composer avec un équipement de série fort rudimentaire, le confort étant en option, à croire que Porsche ait mandaté Colin Chapman pour une conférence grassement rémunérée. Nous nous égarons… En dernier lieu, la philosophie pure et dure du Boxster Spyder est parachevée par la présence de série d’une boîte manuelle. Si vous souhaitez une boîte PDK, il vous faudra tout simplement acheter un autre modèle! Le Spyder répond de la même philosophie que le Cayman GT4!

Capture d’écran 2015-04-02 à 18.26.10

Capture d’écran 2015-04-02 à 18.21.58

La motorisation est sensiblement identique, à ceci près que le Spyder émarge à 375ch, quand son frère GT4 émarge à 385ch. Les performances laissent toutefois pantois: 4,5 secondes de 0 à 100km/h, et 290km/h en pointe! Qui a dit que les cabriolets étaient pour les filles? Au moins, les hommes ne risquent pas d’être décoiffés… D’autant qu’avec des suspensions abaissées de 20mm, les passages en courbes risquent de se transformer en pogos de concerts de hard rock! Plaisanterie à part, il ne fait aucun doute que le Boxster Spyder soit véritablement le cabriolet sans compromis de la gamme Porsche. Et l’on se prend à rêver d’une 911 similaire…

P15_0192

La critique, maintenant! Y en a-t-il beaucoup à proférer? A vrai dire, mis à part de nouvelles jantes au dessin à peine renouvelé que l’on aurait préféré voir remplacées par celles de la GT3, on pourra surtout regretter une auto de lancement franchement terne. Le blanc et les jantes grises font rarement bon ménage. Cela est d’autant plus le cas que le constructeur a opté pour un habitacle désespérément noir et gris, alors que les coutures rouges auraient apporté un supplément de gaieté fort bienvenu. Cela est d’autant plus surprenant que le Cayman GT4 et la GT3 RS n’avaient pas hésité à jouer à fond la carte de la couleur. C’est à n’y rien comprendre. Mais qu’importe, car il ne fait aucun doute que les clients n’auront aucun mal à se jeter sur les bons de commande, même avec un prix de départ fixé à 82 430€. Espérons simplement qu’ils osent la couleur…

P15_0189

Crédits photos: Porsche AG