Archives du mot-clé Carrera S

Vidéo : une 991 Carrera S à l’attaque en Sport Plus

Dans une nouvelle vidéo, nous prenons le volant d’une Porsche 991 Carrera S Phase 1 et découvrons les effets du mode Sport Plus.

Si vous aimez les moteurs atmosphériques et leur sonorité, impossible de rester insensible au moment de prendre le volant d’une Porsche 991 Carrera S Phase 1. Cette génération restera dans l’histoire du constructeur comme la dernière Porsche 911 de série équipée d’un flat 6 atmosphérique.

Si vous n’avez pas eu la chance d’en conduire une un jour, c’est pour vous que nous avons exhumé cette vidéo de nos archives. Sur une petite route fermée à la circulation, nous activons le mode Sport Plus et laissons les 400 ch s’exprimer le temps d’un petit enchaînement de virages.

La 991 Carrera S est une vraie sportive, performante et polyvalente.

Quels sont les effets du mode Sport Plus sur une boîte PDK ? C’est presque simple: en activant de mode, la boîte PDK comprend que vous souhaitez passer en mode grosse attaque, comme si vous étiez sur le circuit. La programmation électronique fait que vous serez toujours sur le rapport qui vous permet de relancer le plus fort possible et d’aller prendre des tours jusqu’au rupteur. La réponse à l’accélérateur est plus franche et la suspension PASM passe en mode sport et se raffermit.

Avez-vous aimé la vidéo ? En voulez-vous d’autres ? Répondez en commentaires pour d’autres articles à venir !

La 991 phase 2 surprise sans camouflage!

Temps de lecture estimé: 0’50

Comme le laissait supposer le lancement de la discutable Black Edition, la 991 Phase 2 approche à grand pas. La date de lancement est d’ailleurs prévue depuis longtemps: ce sera en septembre 2015 au salon de Francfort. En attendant, Porsche poursuit la stratégie habituelle consistant à révéler doucement les modèles définitifs sur internet. Voici donc la future Phase 2!

826715595161896754

Reprenant une autre recette bien connue, Porsche parvient à renouveler le style de la 991 en douceur, tout en lui offrant un coup de jeune bienvenu et plutôt réussi. On retrouve ainsi un bouclier avant aux naseaux élargis dont le dessin rappelle quelque peu le bas de caisse de la Carrera GTS. Remarquez les feux de jour à LED affinés, contribuant pour beaucoup à rajeunir la silhouette de la 991. Les jupes latérales semblent également nouvelles, quoiqu’un peu massives. Affaire à suivre, donc.

1154857563983181516

L’arrière, comme il est de coutume, bénéficie de quelques nouveautés supplémentaires. Des feux arrière légèrement élargis, et surtout, une double sortie de pot rapprochée évoquant la GT3. Voici un aménagement qui devrait beaucoup plaire aux porschistes. Ce nouvel échappement arrive d’ailleurs à point nommé, puisqu’il pourrait devenir la signature esthétique des nouveaux moteurs turbocompressés dont il se murmure qu’ils équipement l’ensemble de la gamme. Loin d’être un sacrilège, il se pourrait même que cette évolution garantisse l’avenir de la 911 pour de longues années encore.

11019334661792179593

Nous laisserons à d’autres les rumeurs les plus loufoques, et nous nous contenterons d’attendre sagement le salon de Francfort, convaincus que Porsche saura nous surprendre agréablement. Plus que jamais, la 911 semble promise à un bel avenir!

1578360211933974337

Crédits photos: Worldcarfans

 

Porsche 993 Carrera S : Quel intérêt ?

Temps de lecture estimé: 2’10

Est-il encore nécessaire de présenter la 993 Carrera 4S ? Si elle devait passer l’épreuve de l’applaudimètre devant un parterre d’esthètes, il ne fait nul doute qu’elle décrocherait un score à rendre jalouses toues les autres 911. Il est en effet difficile de résister aux charmes combinés de la 993 et du Turbo Look. C’est la raison pour laquelle, après cette copie plus que parfaite, nous pouvons légitimement nous demander quelles motivations ont poussé le constructeur à proposer une Carrera S ? Explications…

www.pannhorst-classics.com

C’est lors du millésime 1996 que la Carrera 4S vit le jour, apportant avec elle un lot d’innovations inédites. Le millésime 1996 fut en effet celui de l’inauguration du Varioram, permettant de porter la puissance du flat 6 à 285ch. La Carrera 4S adoptait quant à elle la carrosserie large, le bouclier avant et les jantes de 18 pouces de la Turbo, à l’exception de son aileron arrière. Le châssis était également emprunté à la Turbo : les freins sont surdimensionnés, tandis que les suspensions avant et arrière sont respectivement abaissées de 10 mm et 20 mm. Avec un tel équipement, la Carrera 4S devait être particulièrement efficace dans les virages.

www.pannhorst-classics.com

L’équipement intérieur bénéficiait des mêmes standards haut de gamme que la Turbo. Ainsi, la Carrera 4S se voyait équipée de série de l’air conditionné, d’une sellerie intégralement en cuir, de l’ordinateur de bord, des sièges électriques et enfin d’un essuie-glace arrière, sans omettre le lecteur de radio-cassettes. Avec un tel équipement, la Carrera 4S avait absolument tout pour plaire, et les clients ne s’y trompèrent pas. Avec 6948 exemplaires vendus, Porsche en a écoulé davantage que les 911 Turbo, permettant de rentabiliser un châssis dont le développement aura certainement été onéreux. Mais alors, pourquoi diable offrir par la suite une Carrera S dépourvue des gros freins et de la transmission intégrale ?

993 2s-41

Avec des freins de Carrera, des jantes de Turbo disponibles uniquement en option, il faut bien admettre que la 993 Carrera S semble nettement moins intéressante. Il faut pourtant lui reconnaître quelques particularités, dont son aileron arrière à double grille, peint en couleur carrosserie, ainsi qu’un teinte spéciale, le Vésuvio Métallisé, disponible moyennant un petit supplément. Il faudra veiller à ne pas vous laisser leurrer par les vendeurs qui vous présenteront une 993 peinte en Vésuvio comme une édition limitée, ce n’est pas le cas. Il s’agit d’un quiproquo d’époque, notamment en France ou Sonauto fit repeindre ses dernières Carrera S en Vésuvio afin de les écouler rapidement avant l’arrivée des 996 en concessions…

p1050733

Répondons maintenant à la question : pourquoi ? Comme nous l’avons dit, la Carrera 4S était équipée d’une encombrante transmission intégrale. Ce qui rendait impossible l’adjonction d’une boîte Tiptronic. Dès lors, afin de répondre à la demande de ses clients, le constructeur a pris la peine de proposer une Carrera S où le montage de la boîte Tiptronic serait possible! Il serait d’ailleurs intéressant de savoir quelle proportion de Tiptronic a été vendue sur la Carrera S. Car il ne faut pas oublier qu’en supprimant le coûteux châssis de la Turbo (à l’exception des suspensions rabaissées), la Carrera S était affichée à un tarif nettement plus abordable: 137 500 Deutsche Marks, contre 159 800 pour une Carrera 4S. Ce qui lui permit de rencontrer un certain succès, avec 3714 exemplaires écoulés en seulement deux millésimes, et que de nombreux clients s’en tinrent à la boîte manuelle, qui garde la faveur des acheteurs aujourd’hui.

993 2s-5

Cela est assez surprenant, mais aujourd’hui, il n’existe presque aucun écart de prix entre une Carrera S et une 4S. Ce que les porschistes retiennent aujourd’hui, avant tout, ce sont les ailes larges et l’esthétique époustouflante de ces 993 Turbo Look. Le fait d’avoir 4 roues motrices n’ayant jamais constitué un sommet technologique de référence, seuls l’état et la beauté de l’objet importent. Mais rassurez vous, avec ou sans les freins de la Turbo, l’agrément de conduite de la Carrera S, sa beauté et sa rareté vous en donneront largement pour votre argent.

Crédits photos:

Serge Heitz Consulting

Pannhorst Classics

Est-il temps d’arrêter la Porsche 911 Carrera 4 ?

Temps de lecture estimé: 2’00

L’avantage, avec la gamme Porsche, c’est que l’on a vraiment l’embarras du choix: deux ou quatre roues motrices, moteur puissant, très puissant ou carrément surpuissant, GT de route, pistardes, cabriolets, et nous en passons… Mais le constructeur l’a lui-même admis, certains modèles souffrent aujourd’hui d’une gamme trop large. Il faut bien admettre que cela nuit à la lisibilité d’ensemble, et ne doit pas faciliter le choix des clients. La montée en gamme de plus en plus évidente de la 911 nous pousse justement à nous poser la question: et si la Carrera 4 était de trop?

a_42286

« Supprimer les versions à quatres roues motrices? Vous n’y pensez pas! » Tout est question de contexte. Nous parlons ici uniquement des versions d’entrée de gamme, c’est-à-dire les Carrera 4 et Targa 4. Prenons le temps de nous expliquer. En feuilletant des centaines de pages d’annonces d’autos à vendre sur l’ensemble du continent européen, nous avons pu constater que depuis la génération 993, la Carrera 4 représente une infime partie des autos à vendre. Et au fil des années, cette portion de Carrera 4 tend à s’amenuiser, à tel point que trouver des 997 Carrera 4 cabriolet ou Targa 4 relève de la mission impossible. Lorsque vous souhaitez acquérir un beau cabriolet, vous préférez probablement dépenser quelques milliers d’Euros supplémentaires afin de vous procurer le moteur plus puissant de la Carrera S, et non une deuxième paire de roues motrices dont vous ne sentirez guère l’effet…

a_42287

Dans ce cas, pourquoi ne pas supprimer également la Carrera? La question est parfaitement légitime, et il y a de fortes chances que le département marketing de Porsche se la pose fermement, tant le Cayman est devenu compétitif face à l’entrée de gamme de la famille 911. Il y a de fortes chances que la Carrera S devienne un jour l’entrée de gamme, ce qui ne sera jamais qu’un changement d’étiquette. Nous nous égarons… L’intérêt de la Carrera reste cependant défendable, puisque ceux qui rêvent d’une 911, et de rien d’autre, bénéficieront toujours d’une porte d’accès à cette vénérable famille, dont le nombre d’exemplaires sur le marché tend à prouver que la demande reste importante.

a_42297

D’autre part, réserver les quatres roues motrices à des déclinaisons plus puissantes de la 911 permettrait d’acter encore davantage la montée en gamme de la 911. Sa qualité de fleuron technologique s’en trouverait renforcée. Les meilleures technologies réservées aux plus gros moteurs, afin d’ancrer la 911 dans une nouvelle sphère de luxe sensiblement plus élevée. Après tout, la Turbo est dotée de quatre roues motrices depuis la génération 993, et ce pour des raisons que nous comprenons  tous parfaitement. Notons que la multiplication des déclinaisons, si elle permet évidemment de rentabiliser au maximum des technologies et des composants ayant nécessité de forts investissements, peut parfois s’avérer contre-productive: concevoir une nouvelle déclinaison a toujours un coût, et la mévente relative des Carrera 4 ne doit pas en faire le modèle le plus rentable de la marque.

a_42301

Reste une question épineuse: en admettant que l’on supprime la Carrera 4, la 911 Carrera ne se trouverait-elle pas par trop isolée en comparaison du reste de la gamme? C’est exact. La solution serait alors d’opérer pour elle une montée en gamme lui permettant de combler partiellement l’écart entre la Carrera et la Carrera S. Avec un équipement de série similaire à la Carrera S et seulement 25ch de moins, la Carrera conserverait alors un véritable intérêt, et garderait le Cayman à bonne distance. Enfin, réduire l’écart de prix entre la Carrera et la Carrera S, s’élevant aujourd’hui à près de 15 000€, lui permettrait de revenir dans la course, et de faire oublier la Carrera 4 sans trop de difficultés… Amis de chez Porsche, à vous de jouer!

a_45771

Crédits photos: Brabus