Archives pour la catégorie Quoi de neuf?

Porsche signe une 17ème victoire aux 24h du Mans!

Temps de lecture: 3’45

Mes amis, quelle course! Si nous avions su au départ de la course que l’histoire se terminerait si bien, nous n’en aurions rien cru! Seulement un an après son retour en endurance, le constructeur le plus titré de l’histoire vient de signer un doublé historique face à des concurrents affutés, 17 ans après sa dernière victoire.

Tout avait commencé de la meilleure des façons, les trois 919 Hybrid ayant largement dominé les qualifications, tenant le reste de la meute à bonne distance sur la grille. Cependant, les essais du samedi matin soulevaient les premières inquiétudes: sur un rythme de course, les Audi se montraient plus rapides que les Porsche. Ajoutons à cela la capacité pour l’écurie d’Ingolstadt de faire durer ses pneus bien plus longtemps que Porsche sur les 919 Hybrid, nous avions quelques raisons de nous inquiéter.

S15_0524

S15_0514

Au terme de la première heure de course, nos inquiétudes s’avéraient partiellement fondées: les Audi avaient repris possession des 2ème et 3ème places, tandis que la 919 Hybrid n°17 contenait péniblement les assauts de la meute, conservant son avantage en raison de ravitaillements moins fréquents. Pendant ce temps, les 911 s’illustraient par une remarquable tendance à cramer en bord de piste!

S15_0515

Au bout de 5 heures, la 919 n°17 (Hartley, Weber, Bernhard) tenait toujours les rênes, mais un contact entre une Audi et une Ferrari 458 causa l’intervention du safety car, ce qui permit aux deux autres Audi de se repositionner en embuscade, derrière les deux 919 de tête. La menace était loin d’être risible, puisqu’en profitant d’un petit cafouillage des commissaires de piste lorsque le safety car rentra aux stands, l’Audi put opportunément reprendre une place et batailler pour reprendre la tête de la course. S’ensuivit une longue série de dépassements entre l’Audi et les deux Porsche pour la première place, les positions ne cessant de changer au gré des ravitaillements. On commença à penser que ces 24 heures du Mans se joueraient encore à quelques secondes, tant aucun des concurrents ne semblait en mesure de prendre l’avantage.

S15_0547

S15_0549

S15_0536

C’est vers minuit que de nouveaux événements vinrent remettre en question le classement général. A ce moment précis, Mark Webber occupait toujours la tête de la course dans la n°17, aux prises avec deux Audi qui ne lâchaient rien. On retrouvait la n°19 de Bamber/Tandy/Hülkenberg en quatrième position, et la n°18 de Dumas/Lieb/Jani en cinquième position. Cette dernière avait plus ou moins hypothéqué ses chances de victoires après un tout droit de Romain Dumas qui imposa un retour aux stands pour un remplacement de la face avant. Mais revenons aux avant-postes: on s’apprêtait à pester contre les commissaires de pistes, tant une décision venait de tuer la course. En raison d’un dépassement sous drapeau jaune, Mark Weber se voyait infliger un stop and go d’une minute dans les stands. Ce fut la minute la plus longue de l’année pour les porschistes, tant la course semblait perdue. Mais c’était sans compter sur la régularité exemplaire de l’équipage Bamber/Tandy/Hülkenberg, qui profita des arrêts successifs des deux Audi pour prendre la tête de la course. Qui l’eût cru!!

S15_0575

S15_0577

S15_0565

S15_0563

Tout au long de la nuit, on retrouva la 919 Hybrid n°19 aux avant-postes, devant deux Audi. Mais vers 6 heures du matin, nous eûmes l’agréable surprise de voir la 919 Hybrid n°17 revenir en deuxième place, tirant profit d’une régularité exemplaire et de quelques soucis chez Audi. Les petits soucis mécaniques s’accumulaient seulement sur la 919 du trio Dumas/Lieb/Jani, souffrant d’un déséquilibre chronique du système de freinage, ne permettant à cette dernière que de rester en embuscade en cas de problème.

M15_1932

M15_1927

Mais à part les ennuis rencontrés par la n°19, les deux autres 919 Hybrid se montrèrent impériales tout au long de la nuit et de la journée de dimanche, leur permettant d’afficher une avance suffisante pour tenir les Audi à distance. D’ailleurs, sur les coups de 11 heures, les Audi n°9 et n°7 commencèrent à s’échanger les 3ème et 4ème positions en raisons d’arrêts aux stands plus nombreux que prévus, sans que l’on connaisse l’origine des problèmes. A une heure du terme de la course, alors que la météo se faisait de plus en plus menaçante, la Porsche n°19 conservait un tour d’avance sur le Porsche en 2ème position, et deux tours d’avance sur l’Audi n°7. A ce moment précis, en voyant la fiabilité remarquable des autos et la régularité de leurs pilotes, nous commencions à y croire très sérieusement!

S15_0588

S15_0599

M15_1933

La dernière heure se déroula sans encombres, si ce n’est pour la tension de tous les porschistes présents dans les gradins ou devant leur télévision. Mais même avec la pluie menaçant de tomber sur le circuit, rien ne semblait en mesure d’empêcher la victoire de l’une des Porsche en tête. Ce n’est qu’à 15 minutes du terme que quelques gouttes vinrent perturber la fin de course, mais sans remettre en question la domination exemplaire de Porsche au cours de cette édition des 24 heures du Mans. Voir les Porsche franchir la ligne d’arrivée en tête fut tout de même un soulagement. Un soulagement car la victoire de Porsche tant attendue, venait d’être gravée dans le bitume du Mans. Et parce que Porsche avait tenu parole: ils étaient venus gagner, ils l’ont fait.

S15_0557

S15_0555

En y repensant, quel exploit réalisé par Porsche, pour ses deuxièmes 24h du Mans après son retour en 2014, et avoir seulement remporté  les 6h de Sao Paulo au cours de ces deux saisons de compétition. Porsche réalise ainsi un nouveau doublé historique, confortant sa position de constructeur le plus titré de l’histoire du Mans, avec 17 victoires. L’exploit est d’autant plus grand que la victoire revient au trio Bamber/Tandy/Hülkenberg, qui ne réalisait que sa deuxième course au volant de la 919 Hybrid, après les 6h de Spa. Porsche ne regrettera certainement pas d’avoir engagé une troisième voiture, ni d’avoir choisi cet équipage. Historique, mythique, magique, les superlatifs viennent à manquer, tant la course fut belle, tant la joie est grande aujourd’hui. Merci Porsche, de nous avoir fait tant rêver!!!

Crédits photos: Porsche AG

24H du Mans 2015: Porsche en pole, en pole, et en pole!

Les 24 heures du Mans ne pouvaient pas mieux commencer! Non seulement Porsche y a engagé pas moins de trois 919 Hybrid, qui plus est peintes dans des livrées un peu plus originales que le traditionnel blanc. Mais en plus, les trois autos ont démontré l’étendue de leurs performances, fait sauter un certain nombre de records et surtout, relégué toutes les concurrentes derrière elles.

M15_1831

M15_1827

Vous ne rêvez pas, les 919 Hybrid occuperont la pole position, mais aussi les deuxième et troisième places sur la grille de départ demain lors de la course la plus importante et la plus célèbre de la saison. Comme nous l’avons dit, quelques records sont tombés. Le plus important est celui établi par Neel Jani, qui a réalisé un incroyable tour de qualification en 3’16″887, balayant la précédent record détenu depuis 2008 par une Peugeot 908 en 3’18″513. Sur un tracé de 13,629 kilomètres, Neel Jani a donc roulé à une vitesse moyenne de 249km/h. A vos souhaits!

M15_1835

L’exploit est de taille, mais réaliser l’impossible est dans les habitudes du constructeur sur la piste mancelle. Ce succès lors des qualifications est en réalité la neuvième fois que Porsche parvient à aligner trois autos sur les trois premières places de la grille de départ, la dernière fois remontant à 1988. Et puisque nous aimons les statistiques, il s’agit de la 17ème pole position pour Porsche lors des 24 heures du mans. Sachant que Porsche a déjà gagné le Mans 16 fois, la victoire est désormais de mise afin de poursuivre la belle série de statistiques.

M15_1833

Nous savons que Le mans reste le Mans, et que rien n’est gagné. Cela étant, ce petit succès aura alimenté l’enthousiasme sur les réseaux sociaux depuis le début des qualifications, ce qui fait de Porsche le grand gagnant du prologue de cette course légendaire. Il ne reste plus qu’à soutenir notre constructeur préféré, mais nous ne doutons pas que Porsche parviendra à contenir les Audi, et les Toyota certes un peu moins performantes. Le constructeur ne s’en cache pas, cependant: Porsche est venu pour gagner le Mans!

M15_1823

Crédits photos: Porsche AG

Comment se préparer pour le Paradis Porsche?

Article Sponsorisé

Le Paradis Porsche de Saint-tropez est devenu l’un des événements Porsche de référence sur le sol français. Entre le roulage sur le circuit du Luc, les promenades en bateau et en hélicoptère, sans omettre l’emblématique parade le long du port de plaisance, tout est réuni pour que les participants passent trois jours mémorables. D’ailleurs, les passionnés ne s’y trompent guère, puisque les participants n’hésitent pas à traverser l’Europe afin de participer à cet événement atypique! La demande est telle qu’il vaut mieux se préparer à l’avance. Justement, parlons de l’hébergement!

Sans titre3

Le village Club de Gassin est venu frapper à notre porte, afin de faire connaître son offre en préparation de l’événement, preuve que les réservations se prennent plusieurs semaines à l’avance. Et force est d’admettre que le cadre semble enchanteur. Voyons, que peut donc mériter un porschiste passant trois jours de loisirs sous le beau soleil de Saint-Tropez? Un cadre calme afin de jouir d’un repos mérité après une longue journée? C’est bon. Une piscine pour se relaxer? Pas de problème. Un hébergement confortable? Les appartement pour deux personnes devraient ravir les clients. Un cadre enchanteur? Il semble difficile de faire mieux!

Sans titre2

Tout y est, et le village se trouve à seulement 8 kilomètres de Saint-Tropez! Alors, que vous souhaitiez vous rendre au paradis Porsche avec votre moitié ou entre amis, vous trouverez votre bonheur: les appartements de 2 à 4 personnes garantissent un cadre aussi convivial que confortable, le tout pour un prix somme toutes très raisonnable. Jugez pas vous-même: dans ce cadre enchanteur, la pension complète du 9 octobre au 11 octobre, repas et gardiennage des autos inclus, vous sera facturée 185€ par personne! Qui a dit que Saint-Tropez était devenue un repaire pour milliardaires?

Sans titre

Si vous hésitez encore à vous rendre à cette manifestation incontournable du microcosme français de la Porsche, il n’est plus temps de tergiverser. De par son programme et son cadre si particulier, le paradis Porsche de Saint Tropez est un incontournable. Pour couronner le tout, vous saurez désormais où dormir!

DSC_0301[1]

Afin de réserver votre séjour, n’oubliez pas de contacter James BRUÈRE:

 06 81 59 56 52

alpesholiday@orange.fr

www.clubalpesholiday.com

Technique: l’application Porsche Track precision

Temps de lecture estimé: 1’30

Toujours soucieux d’être en phase avec les technologies de son temps, Porsche a profité du lancement de la fabuleuse GT3 RS afin d’inaugurer un nouveau gadget, l’application mobile Porsche Track Precision. Réservée aux Cayman GT4, 991 GT3 et GT3 RS, cette application est partie intégrante d’un pack Sport Chrono facturé 1608€. Mais concrètement, quelle est l’utilité de cette dispendieuse option?

P15_0210
Porsche n’indique pas s’il sera nécessaire d’installer ce trépied en bord de piste afin de faire fonctionner l’application. Auquel cas cela devient nettement moins intéressant…

Lorsque vous aurez pris soin de télécharger l’application mobile sur votre smartphone, vous pourrez alors chronométrer l’ensemble de vos temps au tour sur circuit. Il vous suffira pour cela de sélectionner la piste parmi les 60 circuits pré-enregistrés dans la base de données. Si votre circuit favori ne figure pas au sein de la liste, pas de panique! Il vous suffira alors d’effectuer un tour dudit circuit, et le signal GPS retransmis à l’application permettra d’en enregistrer le tracé. En fixant votre smartphone sur un support dédié installé près du pare-brise, vous pourrez alors filmer l’ensemble de vos tours, l’application se chargeant d’enregistrer vos temps ainsi qu’un ensemble précieux de données.

Entre autres informations collectées, l’application Track Precision enregistrera le niveau d’adhérence, les données d’accélérations latérales et longitudinales, mais saura également mesurer les écarts de temps et de trajectoires par rapport à un tour de référence. Il sera ainsi possible de comparer chaque tour avec le tour de référence, en voyant à quel moment, à quel endroit votre trajectoire se sera écartée de la trajectoire idéale, et quelle est la vitesse idéale au point de corde d’un virage donné.

P15_0213

Cela signifie que l’application pourra également enregistrer en temps réel la vitesse de votre auto, l’angle du volant, le régime moteur, le rapport engagé et ainsi de suite. Dès l’arrêt de l’auto, vous pourrez consulter l’ensemble des données collectées. On imagine sans mal le nombre de capteurs et le petit logiciel qu’il aura fallu concevoir et installer à bord d’une GT3 afin que cette petite application fonctionne à merveille. L’ensemble des données mesurées permettront certainement à tous les pilotes, amateurs ou confirmés de peaufiner leur pilotage, sans que l’on sache encore dans quelles proportions. Cela étant, cette application ne vous dispensera certainement pas d’un bon stage de pilotage afin d’apprendre les bon réflexes du pilotage sur circuit.

Il ne reste plus qu’à déterminer si, oui ou non, le prix de ce petit gadget est justifié. Répondre à cette question est presque impossible, de même qu’il est bien difficile de dire si le fait de facturer 4200€ pour une peinture exclusive est acceptable. Cela reste à la discrétion des clients, mais nous ne pouvons qu’espérer que la mutation numérique du constructeur soit couronnée de succès!

Crédits photos et documentation: Porsche AG

Quelle est cette mystérieuse GT5 que prépare Porsche?

Temps de lecture estimé: 2’00

Non, non, nous n’avons pas dit GTS, nous avons bien dit GT5! Les journalistes d’Autocar ont en effet remarqué que notre constructeur favori avait fait déposer le patronyme GT5 en octobre 2014, pour une future sportive dont nous ignorons absolument tout. Justement, tâchons d’y voir un peu plus clair…

17401348071_4955b51828_k

La recette des Porsche badgées GT est désormais connue: plus de puissance, moins de poids, et un châssis irréprochable forment le procédé parfait afin de créer une Porsche diabolique. La GT3 le démontre depuis des années, tandis que le Cayman GT4 parachève le coup de maître des dernières créations de Weissach. Et une petite nouvelle portant le nom de GT5 semble en préparation, sans que l’on sache quoi que ce soit à son sujet. L’information semble fiable, dès lors faut-il s’attendre à une Panamera ou un Cayenne GT5? Ce n’est peut-être pas si sûr.

11175645644_87e58268a2_k

La logique d’abord! La GT1 était un monstre taillé pour les circuits, difficile à conduire et qui pardonnait peu. La GT2, une Turbo très mal élevée. La GT3, furieuse mais moins puissante, semblait plus docile. Et le GT4, le petit dernier de la famille, paraît presque timoré au regard du reste du reste de la lignée. Si l’on s’en tient à cette seule logique, il faudrait donc s’attendre à ce que le GT5 soit une auto plus petite, ou moins performante que le GT4. Un Boxster? Cela est impossible, car la place est solidement occupée par le Spyder. De fait, un Boxster GT5 n’aurait aucun sens.

16965703321_96bab4a1b2_k

D’aucuns continuent de spéculer sur une auto d’entrée de gamme plus petite que le Boxster. Nous avons déjà coupé court à ces rumeurs ridicules, nous n’y reviendrons pas. Nous voici donc de retour à notre hypothèse de base, la plus évidente: quelque chose se prépare pour les gammes Macan, Cayenne, Panamera. Auront-elles toutes droit à une déclinaison GT5? Lorsque l’on voit que toute la famille a bénéficié d’une version GTS, cela est fort probable. Nous pensions jusqu’à présent que les versions Turbo suffiraient à garantir la souveraineté de Porsche face aux Mercedes AMG et autres Range Rover SVR, mais il semblerait que Porsche en ait décidé autrement. Une Turbo ne saurait se comporter comme une GT3, il en sera de même pour les limousines et SUV.

17156542535_3b5cdd6eec_o

La question est la suivante: le constructeur ne ternit-il pas l’image des GT en prenant le risque de lancer les GT5? Permettez-nous d’en douter. Ce n’est pas parce qu’il existe un Cayenne GT5 qu’une 911 GT3 perdra en prestige. Accroître la visibilité de ces modèles sportifs est même une bonne chose. N’oublions pas que les clientèles du Moyen-Orient et de Chine sont bien plus friandes de Cayenne que de 911. Ces versions GT5 se justifient donc pleinement, et faciliteront probablement la découverte des GT3 et GT4 dans de nouvelles parties du monde. N’en déplaise aux grincheux, l’arrivée des GT5 devrait être passionnante, et nous avons hâte!