Ruf 3400S, le Boxster du guerrier


Temps de lecture: 2’00

En 1998, Porsche pose le premier jalon de ce qui deviendra un nouveau succès planétaire pour le constructeur: le Boxster. Auto performante et équilibrée, elle ne tardera pas à séduire les clients, mais nombreux resteront sur leur faim devant la sous-motorisation chronique du premier modèle. Il n’en fallait pas davantage pour qu’on petit constructeur subversif plus connu sous le nom de Ruf s’attaque à ce problème, devenu une opportunité.

DSC_0545-1280x850

Dans le petit atelier de Pfaffenhausen, on écoute rapidement les requêtes des clients: ils souhaitent un roadster à moteur central, extrêmement puissant et possédant beaucoup de couple. La solution est très rapidement trouvée: si le moteur 2,5 litres de booster ne développe que 204ch, le 3,4 litres de la 996, quant à lui, en développe pas moins de 300! Les petits sorciers de chez Ruf parviendront à extraire 10ch supplémentaires du 6 cylindres, portant la puissance maximale à 310ch à 6800 tours/min, pour un couple de 360Nm, contre 245Nm pour un Boxster 2.5 de série. Boum!

DSC_0572-850x1280

Chez Ruf, on aime le travail bien fait. De fait, le 3400S bénéficiait d’un grand nombre de modifications techniques afin d’adapter les capacités du châssis aux nouvelles performances du roadster. Le 3400S était ainsi équipé d’une boîte manuelle à 6 vitesses et de nouveaux amortisseurs Bilstein à gaz. Le système de freinage de série du Boxster se montrant par trop limité, Ruf opta pour le système de freinage de la 993 Turbo, avec ses énormes disques de 330mm, ni plus, ni moins! Les jantes étaient remplacées par un modèle Ruf spécifique de 18 pouces, voire 19 en option. Enfin, le 3400S bénéficiait d’un échappement sport spécifique.

DSC_0554-1280x850

L’ensemble de ces modifications permettaient au 3400S d’afficher des performances ébouriffantes: le 0 à 100 était abattu en 5,2 secondes et la vitesse de pointe s’élevait à 278km/h, des performances identiques à une 996 Carrera. Bien entendu, cela avait un coût que l’on aurait tort de négliger. Sur la base d’un Boxster 2.5, il fallait alors débourser 39 556€, et 2 668€ supplémentaires si vous souhaitiez équiper votre 3400S des jupes et du bouclier avant de la 996 GT3. Quant aux jantes Ruf de 19 pouces, elles étaient affichées au tarif ahurissant de 9 628€! Bien sûr, ce prix n’incluait pas la personnalisation à outrance que pouvaient souhaiter certains clients, à l’image de ce 3400S vert Vipère de toute beauté, équipé d’un habitacle faisant immédiatement monter votre taux d’adrénaline.

DSC_0560-1280x850

On imagine sans mal à quel point ce petit roadster dopé aux amphétamines doit être une incroyable machine à sensations, doublé d’une véritable tueuse de 911. D’ailleurs, Ruf renouvela l’opération en 2002, en proposant le 3600S: un Boxster équipé du nouveau moteur 3,6 litres porté à 345ch, mais son esthétique mixant des élément de Ruf RGT et des échappements façon Carrera GT est moins consensuelle. Il n’en reste pas moins qu’un 3400S reste aujourd’hui encore une auto performante, polyvalente, et particulièrement rare. Une auto qui, par ailleurs, tend à prouver que les recettes empruntées par Ruf finissent toujours par se retrouver chez Porsche, 5, 10 voire 15 années plus tard. Le Boxster Spyder version 2015 répond à la même philosophie que le 3400S, prouvant une fois de plus à quel point Ruf reste un constructeur visionnaire.

DSC_0565-1280x850

Crédits photos: Road Scholars

J'ai quelque chose à ajouter:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s