Ferrari 275 GTB: tenir son rang!


Temps de lecture estimé: 3’30

Lorsque nous avions évoqué la Ferrari 250 GT Lusso, nous avions remarqué à quel point il devait être difficile d’être à la hauteur de la lignée des Ferrari 250, exercice que la Lusso avait réussi avec brio. Mais imaginez à quel point il dût être ardu de devoir remplacer cette lignée. Comment pouvait-on raisonnablement espérer que l’héritière puisse se montrer à la hauteur d’une lignée d’autos parmi les plus belles de l’histoire? Cette tâche revint à la 275 GTB, qui tint son rang avec brio. Et peut-être même bien mieux que cela…

5_10147
Les charnières de coffre sont apparentes depuis 1965, et libèrent de l’espace pour les bagages.

Présentée au mondial de Paris en 1964, la 275 GTB prit la peine d’amener avec elle son lot d’innovations mécaniques. Elle sera en effet la première Ferrari de route à utiliser une suspension à roues arrières indépendantes, sans compter sur la présence d’une boîte à 5 rapports désormais accolée au différentiel, permettant une meilleure répartition des masses sur l’auto. Ce traitement issu de la compétition rendra néanmoins la boîte fragile en utilisation quotidienne. Quant au V12 inspiré du moteur conçu par Gioacchino Colombo en 1947, sa cylindrée s’élève désormais à 3,3 litres, permettant à cette belle mécanique de développer 280ch. Faisons un rapide saut dans le temps, et évoquons les évolutions apparues en 1966: le V12 est désormais pourvu de 4 arbres à cames en tête (l’auto s’appellera désormais 275 GTB/4), et développe désormais 300ch. Cependant, on retiendra davantage le couple supplémentaire et une plus grande souplesse d’utilisation, gage d’un meilleur agrément de conduite.

15_10147
Le V12 développe une cylindrée unitaire de 275cm3. D’où l’appellation 275 GTB!

2_10147

L’agrément de conduite de la 275 GTB, combiné à de grandes performances, permit à cette berlinette de se faire couvrir de louanges, notamment par José Rosinski, essayeur vedette de Sport Auto à l’époque: « La 275 GTB est supérieurement nerveuse, très agile et rapide. la tenue de route, précise et sportive, comporte les inconvénients de ses avantages. Son confort, la qualité de sa finition, la ligne originale de sa carrosserie justifient un prix d’achat exceptionnel, pour une voiture d’exception. C’est un pur-sang, d’un luxe sans mollesse, d’un tempérament fougueux, qui tire dans les bras et requiert un gentleman-rider expérimenté pour en obtenir le meilleur parti ». Pourrait-on être plus élogieux que cela? Peut-être bien, si l’on se réfère aux propos d’un grand monsieur de la course automobile, Jean-Pierre Beltoise: « C’est avant tout une Grand Tourisme sérieuse et confortable, mais elle a gardé des voitures de course la race, la gaîté de moteur et les qualités routières. La 275 GTB/4 est une des plus belles réalisations automobiles de notre époque ».

4_10147

José Rosinski parle d’une « ligne originale », quel euphémisme! La Ferrari 275 reste encore aujourd’hui d’une exceptionnelle beauté. Son immense capot conclu par la présence de phares enveloppés sous de grands carénages, un léger mais fluide décrochement des ailes arrière débouchant sur une poupe tronquée, simplissime, le tout enveloppé dans de petits butoirs chromés. Avec néanmoins une once d’agressivité que lui confèrent ses ouïes d’aération sur les flancs et l’arrière des arches de toit. La GTB ne renierait guère ses liens de parenté avec les requins, l’élégance en plus. Seul reproche, les roues à rayons Borrani équipant l’auto illustrant cet article, sont désormais optionnelles. De série, elles cèdent leur place à des roues Campagnolo nettement moins élégantes. Indéniablement, la 275 GTB reste l’une des plus belles autos de sa génération.

1_10147

Reste à saluer la qualité de sa finition. La planche de bord se pare désormais de cuir en lieu et place du bois, tandis que le tachymètre et le compte-tours retrouvent leur place légitime, après l’erreur de parcours de la Lusso… De sublimes petits baquets recouverts de cuir combinés au volant Nardi en bois vous replongent dans l’atmosphère des années 60, et l’on s’imagine aisément parcourir les routes du Tour Auto à son volant, les mains gantées de cuir tenant fermement le cerceau de bois, sur les traces déjà mythiques des 250 GT Tour de France…

13_10147

12_10147

Il reste aujourd’hui difficile d’imaginer que la 275 GTB fit son apparition seulement 2 ans après le limogeage tonitruant de certains des plus brillants ingénieurs de Maranello. Après la 250 GTO, la nouvelle fine équipe du Commandatore  parvint à créer un nouveau chef d’oeuvre. C’est dans les périodes les plus troublées de l’histoire que naissent de grandes choses… Merci Pininfarina, merci Scaglietti, d’avoir su donner corps à la plus belle Ferrari de l’histoire.

La 275 GTB/4 illustrant ces lignes, l’une des deux seules au monde livrées en noir, intérieur noir, est à vendre chez JD Classics.

 

Une réflexion sur « Ferrari 275 GTB: tenir son rang! »

J'ai quelque chose à ajouter:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s