Peut-on imaginer 356 plus exceptionnelle?


J’ai bien conscience d’être coutumier du fait, et n’avoir pas ma langue dans ma poche lorsqu’il s’agit de décerner à une Porsche le qualificatif « exceptionnel ». Croyez bien cependant que cela est pour la bonne cause. Toutes les Porsche sont loin d’en être dignes. Je vous mets néanmoins au défi de trouver une 356 pouvant raisonnablement arriver à la cheville de celle que je m’apprête à vous présenter. Faisons les choses simplement: il s’agit d’une 356 A Carrera GS. Bien, passons maintenant à la partie la plus intéressante…

1_9983

La Carrera GS, comme son nom l’indique, embarque à son bord le fameux moteur à 4 arbres à cames en tête développé par Ernst Führmann. La 356 Carrera GT dont le moteur plus pointu développait 115ch était plus particulièrement réservée à la compétition. Dans sa définition GS, le moteur développait 105ch à 6500trs/min, tandis que l’auto se permettait d’embarquer davantage d’équipements de confort, portant le poids d’une Carrera GS à 910 kg, contre 845 kg pour une Carrera GT. En 1958, de tels chiffres avaient de quoi faire rêver! Mais son moteur, paradoxalement, n’est que l’une des facettes faisant de cette 356 l’une des plus intéressantes qui soient. Allons, il est plus que temps de se pencher sur son histoire!

3_9983

Initialement, cette Carrera GS sortie des chaînes le 14 novembre 1958, aurait manifestement appartenu à Huschke von Hanstein, le directeur du département compétition du tout jeune constructeur. Cependant, il est tout aussi probable qu’elle ait en fait appartenu à un membre de la famille Porsche, bien que cela reste sujet à débat. La piste de Huschke von Hanstein reste néanmoins plus plausible, puisque notre petit coupé fut engagé dans de nombreuses courses de côte comptant pour le championnat d’Europe de la montagne, aux mains d’un célèbre pilote Porsche de l’époque, un certain Richard von Frankenberg.

18_9983

Mais l’auto ne restera que peu de temps en Allemagne. Subjugué par la beauté de l’auto et par l’originalité de ses équipements (nous y reviendrons), l’importateur californien John von Neumann ne tardera pas à lui faire franchir l’atlantique, où un certain George Mc Farland, acteur qui connaîtra ses heures de gloire dans les années 30 aux Etats-Unis, s’en portera acquéreur. Il aurait conservé l’auto jusqu’à sa mort en 1993, période à partir de laquelle la 356 aurait connu une période d’immobilisation totale. Elle ne rejoindra la Grande Bretagne qu’en 1998, à l’initiative de Tom Pead, un passionné qui entreprendra une restauration complète du moteur. Le reste de l’auto ne nécessitait guère de travaux, tant le soleil californien s’était montré clément avec l’auto vierge du moindre point de rouille. Ce n’est qu’aujourd’hui que ce collectionneur se décide à se séparer de son auto, qui devrait rapidement trouver preneur.

20_9983

Il faut dire qu’elle est remarquablement équipée, et pourrait presque faire rougir (dans tous les sens du terme) une 991 flambant neuve. En ce qui concerne la couleur, d’aucuns la qualifient de couleur rouille. Elle est présentée comme orange, et d’autres la verront rouge, ce qui est mon cas. Cela tombe bien, ici, c’est moi le chef, donc elle sera rouge pour le reste de l’article. Quoi qu’il soit, parmi les 225 coupés Carrera GS, il s’agit vraisemblablement de la seule ayant reçu cette livrée d’origine. Le reste des équipements ne peut que laisser sans voix: l’intérieur beige avec tapis de sols assortis crée une superbe combinaison de couleurs, mais notons également la radio, la montre électrique, ainsi que les rares anti-brouillards intégrés au pare-chocs avant, et ce de belle manière.  Soulignons également la présence de déflecteurs d’air sur les vitres, les jantes en aliage de 15 pouces, et surtout le très rare toit ouvrant. Si rare, qu’il est même équipé d’un système de drainage favorisant l’écoulement de l’eau. Q’uil sera difficile de retrouver une Carrera GS aussi bien équipée…

5_9983
Notez sur cette image le toit ouvrant ainsi que les déflecteurs d’air.
8_9983
Et le petit système de drainage. Mais était-ce vraiment efficace??
2_9983
Les feux anti-brouillard sont idéalement intégrés.

Faut-il faire un résumé? Utilisée par les pionniers de l’histoire en compétition du constructeur, pourvue d’un équipement si riche qu’il en est probablement unique au monde, et habillée d’une combinaison de couleurs qui, quant à elle, est bel et bien unique. Que pourrait-on rêver de mieux? Un moteur Carrera? C’est fait mon capitaine! Cette machine à concours (elle en a gagné deux) est indéniablement l’une des 356 les plus importantes de l’histoire du constructeur et justement, elle est à vendre. Très chère, évidemment, trop chère, probablement. Tant pis, je signe, évidemment…

L’auto est à vendre chez JDClassics

6 réflexions sur « Peut-on imaginer 356 plus exceptionnelle? »

J'ai quelque chose à ajouter:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s