Collection : l’anomalie 2.7


Cela fait maintenant un an, depuis le salon Techno Classica d’Essen d’avril 2013, que l’on assiste à un regain d’intérêt pour les petites 911 2.7. Jusqu’ici totalement oubliées des porschistes, si ce n’est par quelques rares amateurs éclairés, ou des porschistes à petit budget, les 911 2.7 peinaient à exister dans l’ombre de la prestigieuse Carrera 2.7. Lancée en août 1973, la 911 2.7 succédait à la 911 2.4T comme entrée de gamme avec désormais 150ch sous le capot, tandis que la 2.7S commercialisée en 1974, forte de 165ch, usurpant quelque peu son patronyme, remplaçait la 2.4E.

1212_geschl

La 911 2.7, première 911 de la lignée des caisses G, a pendant très longtemps été éclipsée, soit par la Carrera 2.7 nettement plus intéressante sur le plan de la conduite pure, soit par les SC 3.0, voire les Carrera 3.0 à peine plus anciennes et pourtant nettement plus faciles à utiliser : n’oublions pas que les premières caisses galvanisées firent leur apparition chez Porsche en 1976, c’est-à-dire avec la Carrera 3.0, sans même parler de la consommation des moteurs 2.7 avoisinant les 15 litres pour cent kilomètres. Je ne cesse donc de me demander au nom de quoi une 911 2.7 S en excellent état (elles sont particulièrement rares, il est vrai) peut prétendre se négocier aux alentours de 45 000€ (selon la cote de Flat 6 Magazine), alors même que la moins puissante des 911 SC 3.0 dans un état similaire voit sa cote plafonner à 28 000€…

Photo1805
Une SC comme on en voit peu…

Le porschiste amateur à la recherche d’une caisse G ne manquera probablement pas de tenir le raisonnement suivant : dans sa configuration la moins prestigieuse, la SC 3.0 développe 180ch pour le millésime 1978, 188ch l’année suivante, et jusqu’à  204ch dès le millésime 1980. Toutes les SC développent donc une puissance supérieure à une 911 2.7S. Mais ne nous en tenons pas à ce rapport de comparaison très réducteur. La SC bénéficie en plus d’une caisse galvanisée, dont la tenue dans le temps est certes loin d’être exceptionnelle,  mais mieux vaut cela que rien du tout. Quant à l’agrément de conduite, il ne fait que peu de doutes qu’il est quasiment similaire entre ces deux modèles, tant elles semblent identiques en de nombreux points : puissance, châssis, freins, boîte 915… Peut-être sont-ce les entourages chromés, encore présents de série sur les 911 2.7, alors qu’ils prendront par la suite la forme d’une option rarissime ? N’exagérons pas, les chromes n’ont aucunement la même valeur aux yeux des porschistes que pourrait l’avoir un Turbo Look, et elles n’en sont pas toutes pourvues, loin s’en faut. La vérité est donc ailleurs.

Photo1814
La 911 SC possède par ailleurs un palmarès nettement plus enviable. Ici, une SC/RS

La vérité, chers lecteurs, est que tout porschiste amateur raisonnablement constitué préfèrerait amplement débourser 35 000€ pour une 911 SC 3.0 dans un état irréprochable, plutôt qu’une somme nettement supérieure pour une auto dans un état sensiblement moins bon, procurant somme toutes les mêmes sensations, à ceci près qu’elle fut produite quelques années plus tôt.  A condition, bien sûr, de ne pas passer pour un acheteur d’auto au rabais. Eh bien, posons la question aux amateurs ! Connaissez-vous la 911 SC ? Très certainement ! La 911 2.7 ? J’en vois déjà baissent le nez pour ne pas passer au tableau… La victoire de l’image, capitale, revient donc à la SC.

Photo1769
Voici de quoi vous convaincre qu’en matière d’image, la SC n’a décidément pas son pareil

Allons bon ! Que diable reste-t-il à la 911 2.7 pour justifier une telle cote ? Son image est loin d’atteindre des sommets de popularité, d’autant plus qu’elle est totalement éclipsée par la Carrera 2.7, quant à elle bien servie par son moteur identique à celui de la RS. Peut-être la 2.7 bénéficie-t-elle de l’effet d’entraînement lié à la très forte hausse de la Carrera 2.7 ? Cette hypothèse me semble peu plausible tant il existe un gouffre en matière de performances entre une Carrera 2.7 et une 2.7S, et il me semble plus plausible que ce soit la Carrera 3.0 qui tire profit de la hausse de la Carrera 2.7, les similitudes entre ces deux modèles étant plus prononcées. Peut-être est-ce du fait de son intérêt historique ? Après tout, la 911 2.7 est la toute première caisse G ! De là à en faire un mythe, il n’y a qu’un pas que je ne franchirais point, car les porschistes semblent s’être quelque peu arrangés avec l’histoire, attribuant la légende du mythe fondateur des caisses G à la Carrera 2.7, commercialisée elle aussi dès août 1973.

Photo1141
Carrera. Le nom fait toute la différence, entre le justifié et l’injustifié.

Je puis admettre qu’une partie de la forte évolution des prix des 911 2.7 soit purement technique, tant elle a passé de nombreuses années dans l’ignorance la plus totale. Il est de fait parfaitement légitime que la 911 2.7 prenne de la valeur, d’autant plus qu’en ce qui concerne les modèles S, il ne reste probablement plus grand-chose des 2908 exemplaires sortis des chaînes. Malheureusement, on ne le dira jamais assez, la rareté ne fait pas tout, et l’image véhiculée par une auto est tout autant, sinon plus importante. Il reste en définitive une réponse, quelque peu alarmante, car la 911 2.7 ne fait indubitablement pas partie de ces modèles emblématiques que s’arrachent les collectionneurs : une spéculation effrénée, dont personne ne semble véritablement s’inquiéter. Pour l’instant…

5 réflexions sur « Collection : l’anomalie 2.7 »

  1. Ne faut-il pas y voir des raisons plus bassement matérialistes ? Les générations SC et 3.2 voyant leur ticket d’entrée progresser significativement, les 2.7 sont de fait les seules 911 restant accessibles avec un ticket d’entrée autour de 20.000 euros. Quand, il y a 10 ans, une 3.2 changeait de mains pour 15.000 euros , il n’y avait effectivement pas de place pour une 2.7 de 150 ou 165 cv sur le marché…

    1. Non, justement, car une 911 SC en parfait état se négocie aux alentours de 33 000€, autant qu’une 2.7, contre 43 000€ pour une 2.7S. Certains pensent que cela proviendrait d’une certaine finesse des ailes de la 2.7, qui lui donnerait de petits airs de 911 Classic pré-73. Alors que les SC possèdent des ailes un peu plus larges, s’éloignant un peu de la ligne originelle.

      Cela étant, cela me semble très exagéré pour des ailes à peine moins larges et pour une auto moins intéressante.

  2. L’argumentation ne me convainc pas, pas plus que la cote Flat6 Ma, à fortiori quand on ne regarde que le chiffre « parfait état » auquel bien peu de voitures peuvent prétendre. Mais à force de ne regarder que les hauts de fourchette, on gave l’inconscient collectif avec ces chiffres sans réel fondement car ne représentant RIEN en terme de volume de transactions. Il est bien plus instructif de regarder la fourchette des prix pour se faire une idée des transactions moyennes du modèle..
    Pour le cas d’une 2.7 S, F6M donne une fourchette 6.000 – 43.000
    Pour le cas d’une 3.0 SC F6M donne une fourchette 8.000 – 33.000
    Pour le cas d’une 3.2 F6M donne une fourchette 9.000 – 40.000

    Il est facile de déduire que le prix moyen des transactions sera le plus faible pour la 2.7 S … même si c’est celle qui _théoriquement_ obtient le prix « parfait état » le + haut.

    Il ne faut pas être naif non plus : la cote diffusé par la presse spécialisée est notoirement orientée dans le sens qui caresse le poil de son lectorat. un lecteur heureux de ce qu’il lit est un lecteur qui revient, qui s’abonne et qui promotionne le titre.

    Plus sérieux, la cote du principal assureur américain (Hagerty) donne pour la 2.7S une fourchette $10.000 (7.500 euros) – $39.000 (28.000 euros) et surtout une valeur moyenne des transaction autour de $18.000 (13.000 euros). Ca re-situe le débat… Pourquoi seulement focaliser sur le prix des « état concours » qui ne représentent RIEN en terme de volume des ventes et occulter les prix des dizaines de ventes qui se réalisent chaque mois et qui sont bien plus représentatives du marché, hormis véhiculer une image déformée (dans le sens spéculatif) du marché ???

    Trois remarques complémentaires :
    – la cote Hagerty fait référence sur tout le continent Nord Américain et bien au delà, elle est établie sur la base des valeurs assurées pour les véhicules des clients de cet assureur.
    – La multiplication des sites d’annonces gratuits contribue à une manipulation des prix. Il suffit qu’un petit malin diffuse quelques annonces fictives avec des prix stratosphériques pour que tout le microcosme s’enflamme et accrédite une envolée des prix.
    – Les prix affichés dans les annonces et par les professionnels sont le prix de départ d’une discussion, toujours orientée à la baisse. Le tarif réel des transactions est rarement rendu public.

    1. A cela plusieurs remarques peuvent être faites.
      Il est tout à fait exact que les transactions sur les autos en état concours ne représentent qu’une infime partie du marché, mais comme vous le soulignez, il suffit de quelques ventes un peu trop enflammées pour pousser tout le monde à la flambée des prix. Mais le problème est que ces ventes d’autos en état concours (ou présentées comme telles, ce qui est tout à fait différent) sont les plus médiatisées, et servent par conséquent d’indicateur de tendance. Les lois du marché étant ce qu’elles sont, l’effet de groupe a entraîné les prix à la hausse, cela est indiscutable. L’une des conséquences récentes est l’arrivée d’autos américaines dans un état plus que médiocre sur le continent européen, alimentant une demande fiévreuse pour les anciennes. Or, ces autos n’auront jamais la valeur de ce petit centième du parc automobile dont nous entendons parler à Essen ou Rétromobile.

      Quant à l’accusation à l’encontre de Flat 6 Magazine, je ne suis pas certain qu’elle soit recevable, dans la mesure où le magazine s’interroge dans le numéro de ce mois-ci sur le véritable intérêt d’acheter aujourd’hui une Porsche ancienne, en confrontant les points de vue de nombreux acteurs du marché. Mais il est vrai que dans le même temps, d’autres magazines se contentent d’effectuer un copier-coller de leur article de 2013. Il est toujours bon de prendre le temps de distinguer le bon grain de l’ivraie.

      J’admets ne pas avoir connaissance de la cote Hagerty, qui semble en effet davantage tournée vers des véhicules en bon état que tout un chacun serait en mesure de trouver, contrairement à la cote HAGI que je consulte régulièrement. Cela étant, je ne suis pas certain que l’on puisse utiliser avec certitude des estimations établies sur le marché américain, pour de simples raisosn de variations de taux de changes: une 991 Turbo S coûte aujourd’hui 199 000$ aux Etats-Unis et 199 000€ en Europe… Il est vrai également que les prix annoncés sont souvent des bases de négociation (sauf, désormais, pour les véhicules en état concours où les prix ne se négocient plus), mais il est impossible d’établir une cote en se fondant sur les prix de vente véritables; l’établissement d’une cote n’est jamais qu’une estimation aussi fine que possible, et n’est en aucun cas une science exacte.

      Il me semble néanmoins que nous sommes d’accord sur le problème fondamental que soulève cet article:
      – Oui,une SC ou une 3.2 sont de meilleures 911 que la 2.7 ou la 2.7S
      – Bien que les transactions en état concours soient rarissimes, la cote telle qu’établie par Flat 6 reflète une incohérence dans l’établissement des prix des SC et 2.7

  3. Bonjour!
    Merci pour votre article et les précisions que vous apportez sur la côte des 911. C’est très intéressant pour quelqu’un comme moi qui cherche à acquérir une 911 post73…
    Aujourd’hui, début 2016, quelle est selon vous la meilleure 911 à acheter: une sc, une carrera 2.7, une 3.0, ou une 3.2??? Je parle en terme de rapport qualité-prix. Voir même en terme de prix uniquement si l on part du principe que les sc et les carrera se valent toutes plus ou moins par rapport à qualité, la fiabilité, la performance et la ligne…. Selon moi ce sont quasiment toutes les mêmes… Qu’en pensez vous? La plus intéressante est-elle toujours la 3.2 très prisée des collectionneurs depuis que les classic sont hors d atteintes? Ou les carrera 3.0 et les sc qui sont un peu moins chers et presque aussi performantes que la prestigieuse 3.2… Il semblerait que la carrera 2.7 soit de toute façon trop cher ou sur-coté! Quand au 911 2.7 s 165ch ou la 2.7 150ch elles sont anormalement trop chers comme précisé dans l’article donc à oublier totalement en ce moment selon moi…
    Je m’oriente donc vers une 911 3.0 ou 3.2… Avec une préférence pour la 3.2 mais son petit surplus de puissance justifie t-il le surplus du prix? 🙂 D’autant que la moins cher, la sc me semble en tout point semblable en terme de plaisir conduite aux carrera…
    Merci de votre réponse.
    Jerome

J'ai quelque chose à ajouter:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s