Publié dans Total 911: « Plus c’est cher, moins ça sert?


Voici quelques temps maintenant que je me prends de passion pour les ventes aux enchères. Il existe en effet quelques maisons prestigieuses, au premier rang desquelles se trouvent RM Auctions et Gooding, capable d’aligner en une vente quelques-uns des modèles les plus exceptionnels de la marque. Avis aux amateurs, RM proposera à la vente lors du salon Rétromobile rien moins qu’une 904 Carrera GTS, une 917/30 et une 956. De quoi faire chavirer tout passionné. Mais au-delà de ces monstres sacrés, les maisons d’enchères spécialisées dans les prestigieuses voitures de collection proposent également des 911. La 911 STR II de Magnus Walker adjugée 275 000$ sans les frais par Gooding n’aura probablement échappé à personne. Ce qui est rare est cher. Et plus nous avons affaire à des véhicules rares, plus la cote tend à s’envoler, tant les collectionneurs sont aujourd’hui avides de rareté. Ce phénomène est tel qu’une authentique RS 2.7 light en état concours se négocie généralement 30 000€ plus cher qu’une Touring.

2.2S

Photo1129
2.2S (au-dessus) et 2.7 RS: Et pour un petit naileron de plus…

De même, bien qu’il n’existe guère de statistiques fiables à l’heure actuelle, je ne serais pas surpris d’apprendre qu’une 993 RS Clubsport possède une valeur marchande supérieure à la 993 RS Touring. Récemment resté bouche bée devant une 993 GT  Clubsport orange (probablement la seule au monde dans cette couleur), je me suis dit qu’elle était probablement la plus rare, et la plus unique de toutes les 993 GT construites. Pour le plus passionné des passionnés, ce serait probablement la 993 GT ultime. Cependant, après quelques instants de réflexion, je me suis dit qu’il était probablement fort désagréable de conduire une telle auto : baquets en tissu ignifugé, pas de climatisation, aucune garniture, le conducteur serait terrassé par la chaleur en moins d’une heure. Quant à justifier une telle auto par un poids inférieur, donc une efficacité accrue sur un circuit, je doute qu’il existe beaucoup de propriétaires encore enclins à risquer une machine aussi rare et chère sur un circuit. Quitte à profiter encore d’une telle auto, peut-être vaut-il mieux jeter son dévolu sur une Touring, à peine plus cossue, mais probablement plus facile à vivre.

may16gt2a-large
Pour le plaisir des yeux, la revoici.

Un magazine très en pointe sur les Porsche Classic soulignait récemment un fait très intéressant : il fut un temps où les 356 Carrera se négociaient nettement moins cher que d’autres 356 pourtant moins puissantes. Il faut dire que le moteur Carrera de compétition, bien que particulièrement rare, n’est pas des plus agréables à utiliser ; il s’exprime dans les hauts régimes uniquement. Epoque où le plaisir de conduite, et les qualités intrinsèques à un modèle primaient sur sa rareté. Nous sommes désormais dans une période où le très exceptionnel a pris le dessus, transformant la voiture de collection en voiture de musée, destinée à écumer les concours d’élégance, tout en étant, force est de le reconnaître, maintenue dans un parfait état de fonctionnement. Doit-on en conclure que ces autos rarissimes et difficilement utilisables ne servent à rien ? Loin de moi cette idée. Rien ne me plaît tant qu’une 911 2.8 RSR « plus qu’à poil » sous sa peinture de guerre, mais force est d’admettre qu’il est bien difficile d’utiliser une telle merveille afin d’aller faire un petit tour le dimanche. D’où ce dilemme auquel sont confrontés tous les collectionneurs : entreposer l’auto sans la faire rouler, ou l’utiliser dans des compétitions historiques au risque de l’abîmer, parfois irrémédiablement.

4b574e0f-7ddd-4e91-a370-5d08ab33c6da
La collection Harrison, récemment dispersée: un relatif compromis entre autos utilisables et bêtes de musée.

Tel est le paradoxe face auquel nous nous trouvons : dans le petit monde de la voiture de collection, certaines autos acquièrent peu à peu le statut d’œuvres d’art, pièces de musée représentant le sommet d’une époque de l’histoire de l’automobile, que l’on risque de moins en moins sur les routes, et d’autres autos laissant la porte ouverte au plaisir de conduite, malgré leur rareté notoire. A l’heure ou la RS 2.7 devient de plus en plus précieuse, la 911 2.4S et la Carrera 2.7 reprennent avec brio le flambeau d’un plaisir de conduite presque aussi grisant, tout en rendant les ronds-points nettement moins crispants. En fin de compte, cette tendance poussera de plus en plus les amateurs à se tourner vers la 912, en guise de succédané d’une 911 2.0 litres bien trop précieuse, contribuant à réhabiliter une auto qui ne manquera pas de charme et qui, près de 50 après sa naissance, rendra enfin son titre de « Porsche au rabais ».

1-porsche-912
Porsche 912: Je ne sais pas pour vous, mais moi, je prends!

Pour en savoir davantage sur la 912: http://propulsion9.com/articles/porsche-912

J'ai quelque chose à ajouter:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s