GT3: enlevez le toit!


Depuis des années, Porsche ne cesse d’élargir la gamme 911 en l’enrichissant de variantes toujours plus abouties, chacune étant destinée à un type de clientèle bien défini. De la plus simple 911 Carrera en passant par l’éphémère et non moins réussie 911 Carrera GTS, jusqu’à la GT3, ce ne sont pas moins de 22 variantes différentes qui coexistèrent sous la génération 997. Il semble aujourd’hui difficile d’aller plus loin, cependant, il reste bien une variante encore jamais proposée par Porsche : et si le constructeur lançait une 991 GT3 cabriolet ?

96_991GT3
Verra-t-on un jour la 991 GT3 avec un toit de toile?

L’idée semble parfaitement saugrenue. Jamais en 40 ans, depuis le lancement de la 911 RS 2.7, une telle idée n’avait germé. Il faut dire que dans l’esprit des puristes, elle relève du sacrilège. Comment oser imaginer que sa majesté GT3, en reine absolue de la conduire virile et des circuits, puisse un jour se découvrir ? A y regarder de près, en s’affranchissant des préjugés, l’idée n’est pas aussi dénuée de sens qu’il n’y paraît, et voici pourquoi.

Le passé de Porsche regorge d’autos ouvertes engagées en compétition, et dont les succès contribuèrent en grande partie à la renommée de la marque.  Que l’on pense notamment aux 550 Spyder ou aux 718 RS qui s’illustrèrent entre autres en remportant le classement général de la Targa Florio, l’une des courses les plus célèbres et les plus difficiles de son époque, en 1956, 1959 et 1960.

IMGP8487
Porsche 550 Spyder. Il contribua pour beaucoup à la renommée de la marque
IMGP8468
Porsche 718 RS60. Les 718 RSK et RS60 s’arrogèrent deux éditions successives de la Targa Florio: 1959 et 1960.

A ce stade, certains objecteront que « Les 550 Spyder et 718 RS sont des autos ouvertes à moteur central dont le descendant direct est le Boxster, et non la 911. », ce que je ne peux nier.  En revanche, ce qu’aucun porschiste ne pourra nier, c’est l’enthousiasme quasi général que suscita la sortie du Boxster Spyder, un dérivé du Boxster un peu plus puissant, et particulièrement allégé. Une sorte de Boxster GT3 ? Nous n’irons pas jusque-là. Néanmoins, le coup de maître que fut le Boxster Spyder tend à prouver que les porschistes sont loin d’être opposés à l’idée qu’un cabriolet puisse être sportif et allégé ; Flat 6 Magazine titra même dans son numéro 226, à propos du Spyder : « Celui qu’on attendait ! ».

03386512-photo-porsche-boxster-spyder-3-4-320-ch
Le Boxster Spyder, digne héritier du 550 Spyder, suscita l’enthousiasme des passionnés. (photo http://www.turbo.fr)
Porsche_Boxster_Spyder_501
Sièges baquets et poignées de porte remplacées par des lanières, l’intérieur est minimaliste . (Photo http://www.larevueautoomobile.com)

Je ne doute pas un instant qu’à ce stade, de nombreux porschistes soient encore sceptiques. Mon raisonnement s’est cantonné aux Porsche à moteur central, aucun signe de 911 à l’horizon. Plongeons une nouvelle fois dans les tréfonds de l’histoire du constructeur. Il me semble qu’il exista bel et bien une auto allégée avec moteur en porte-à-faux arrière régulièrement engagée par les clients dans des courses amateur. Par ailleurs, c’est précisément cette auto qui, parmi les Porsche de sa génération, est la plus recherchée… Il s’agit en effet de la 356 Speedster. Initialement conçue à la demande de l’importateur américain Max Hoffman pour répondre aux spécificités de ce marché, elle fit le bonheur, entre autres,  d’un certain James Dean qui engagea avec succès sa propre 356 Speedster 1500S dans un certain nombre de courses amateur.  Le Speedster le plus recherché de nos jours est Le Speedster 1500 GS Carrera : un cabriolet très léger équipé d’un moteur de compétition. S’il existait aujourd’hui, ce véhicule pourrait fort bien s’appeler 911 GT3 cabriolet…

tumblr_ljv8iom8241qilaalo1_500
James Dean et son Speedster 356. Il avait choisi le moteur le plus puissant de l’époque.

Il serait temps d’évoquer la 911. Avançons de quelques années pour nous arrêter en 1992. C’est l’année de lancement de la 964 Speedster, un cabriolet débarrassé de ses places arrière ainsi que de sa capote étanche remplacée par une capote de secours, et équipé d’un intérieur de RS, très dépouillé. Bien que le châssis et le moteur n’aient pas été modifiés, nous retrouvons une fois de plus une auto dressant une esquisse de ce que pourrait être une GT3 cabriolet moderne : un cabriolet pur et dur délivrant son lot supplémentaire de sensations. Force est de constater que la 911 Speedster – qui souleva bien entendu son lot de critiques à sa sortie – est aujourd’hui l’une des 911 les plus fascinantes. C’est également au début des années 90 que Porsche étudia pour un autre modèle de sa gamme, la 968, une déclinaison découvrable de la Clubsport. Soulignons une fois de plus le fait que la Clubsport était une version allégée destinée aux circuits. Bien que ce cabriolet soit resté à l’état de prototype (il n’y en eut qu’une seule de construite, religieusement conservée dans les réserves du musée Porsche), il tend à prouver que les ingénieurs de chez Porsche ont déjà envisagé la possibilité de rendre le cabriolet un peu plus extrême…

IMGP8441
La 964 Speedster du musée. La teinte gris nacré est très rare.
porsche_911_964_RS_interior
L’intérieur – spartiate – de la 964 RS. La plupart des Speedster reçurent un traitement intérieur indentique.

Si vous n’êtes toujours pas convaincus  de l’intérêt d’une telle auto, jetons un œil, une fois n’est pas coutume, à ce que fait la concurrence. Tant Ferrari que Lamborghini ont décidé d’enlever le haut de leurs berlinettes ultra-sportives respectives (la F430 Scuderia Spider et la Gallardo Spyder Performante). Manifestement, cela n’a choqué personne, et la F430 Scuderia est d’ailleurs aujourd’hui l’un des cabriolets les plus performants et les plus enthousiasmants qui soient ; il ne reste que peu de monde pour s’en offusquer. J’imagine sans mal une 991 cabriolet de 475ch au châssis optimisé venir en remontrer à ces deux italiennes à sang chaud.

ferrari-scuderia-16m-spyder-05
Ferrari F430 Scuderia Spyder. L’un des roadsters les plus réussis. (photo http://carsdata.net)
Lamborghini-Gallardo-LP570-Spyder-Performante
Lamborghini Gallardo Spyder Performante. Une philosophie partagée avec la Ferrari.

En somme, non seulement nous trouvons dans l’histoire de la marque des évocations de ce que pourrait être une GT3 cabriolet de dernière génération, mais en plus cela semble techniquement faisable, pour un véhicule qui trouverait sans doute sa clientèle, comme en attestent les réalisations italiennes. Il ne fait aucun doute que l’idée fait son chemin au sein du service marketing de Porsche, mais le soutien de la direction est certainement loin d’être acquis. Dès lors, quel sera l’obstacle le plus difficile à franchir pour permettre à ce cabriolet de débouler sur nos routes ? La barrière psychologique, tout simplement. Les clients de Porsche sont souvent des fidèles de longue date, et leur imposer une GT3 cabriolet alors que les RS et GT3 incarnent depuis 40 ans le sommet de la sportivité relève de l’outrage. Ce sujet sera donc abordé en douceur ; d’ici quelques années, le service communication laissera fuiter quelques informations sur un projet un peu fou, destinées à jauger les réactions des porschistes. Ensuite, le meilleur moyen de lancer une éventuelle 911 GT3 découvrable sera probablement d’en faire une  série très limitée. A bon entendeur…

6 réflexions sur « GT3: enlevez le toit! »

  1. Très intéressante ta réflexion !

    Néanmoins, il n’y aura jamais de GT3 en version Cabriolet car la voiture est faîte pour aller sur les circuit (et marketing, et techniquement) ; un cabriolet offre une rigidité bien moindre d’un coupé, et surtout, les châssis des GT3 plient déjà sous l’effort (plein de trains roulants pliés, de coque vrillée) alors sur un cabriolet ???

    Néanmoins, Porsche va ressortir une Carrera RS, qui sera disponible et en coupé et en Cabriolet… Suivi d’un Speedster… à suivre!

    1. Je ne pense pas que ce soit impossible. Une fois encore, si Ferrari et Lamborghini arrivent à enlever le toit de leurs deux furieuses, je ne vois pourquoi les ingénieurs de Porsche n’y parviendraient pas. Je ne suis pas ingénieur, mais je peux facilement imaginer une énorme barre anti-rapprochement en lieu et place des sièges arrière (un peu comme dans la Bentley Continental GT Speed).
      Rien n’est impossible, et certainement pas pour les ingénieurs de Porsche.

  2. Sans parti prise je trouve ta synthèse très pertinente .
    Feront , feront pas ?
    Chez Porsche tout est possible , et surtout le meilleur.
    Pourquoi pas , quelques clients toujours au faîte du dernier caprice seront bien capables d’acquérir un tel modèle ´ le faire tourner un peu ( gentiment ) sur circuit , puis de le vendre aussi rapidement avec 3000 ou 4000 km .
    Reste aux ingénieurs à convaincre les commerciaux ….. Ou vice versa . Affaire à suivre……

  3. Belle analyse et je vote pour une 991 GT3 cabrio ainsi qu’une boxster 981 GT4 mais je pense que pour cette dernière ce sera Spyder comme pour la 987.

    Ferrari a une longueur d’avance… Spéciale Aperta !

    1. Le Boxster Spyder 981 arrive, quelques prototypes ont été photographiés!

      Après, plutôt qu’une GT3 cabriolet qui ne verra probablement jamais le jour, il n’est pas impossible de voir Porsche relancer l’idée d’un Cabriolet clubsport. Je n’ose dire Speedster, puisque la 997 Speedster a considérablement révisé la philosophie de cette famille.

J'ai quelque chose à ajouter:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s